Mia : l'échec cuisant de Ségolène Royal

le
33
Ségolène Royal avait fait de Mia sa voiture officielle.
Ségolène Royal avait fait de Mia sa voiture officielle.

La nouvelle tombe bien mal pour Ségolène Royal, déjà empêtrée dans ses déclarations sur General Electric, Alstom et l'écotaxe. Ce mercredi, vers midi, le tribunal de commerce de Niort a en effet rejeté les trois offres de reprise de Mia, le constructeur de voitures électriques soutenu à bout de bras par la région Poitou-Charentes depuis 2010. Sauf retournement, l'entreprise de Cérizay sera démantelée et ses actifs vendus. C'est donc tout un pan de la stratégie de la ministre de l'Écologie qui s'effondre. En mars 2010, alors que le carrossier Heuliez est au plus mal, Ségolène Royal promet de redresser l'entreprise et, mieux, de constituer une filière de la voiture électrique en Poitou-Charentes. La région sera son laboratoire, la preuve qu'une responsable politique peut influer le cours du destin. La promesse marque les esprits, à quelques mois des élections régionales. Heuliez est coupé en deux, une partie continuant à fabriquer des châssis, l'autre des voitures électriques. Cette dernière société, Mia, emploie plus de deux cents salariés. Ségolène Royal innove même en faisant entrer au capital de Mia la région Poitou-Charentes, ce qu'aucune collectivité locale n'avait jusqu'alors osé faire. Toujours souriante, Ségolène Royal paie de sa personne : à Paris comme à Poitiers, on la voit circuler dans cette petite voiture assez mal fichue, objet de nombreuses railleries.20 millions d'euros investis à perte Mais on ne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le mardi 27 mai 2014 à 17:50

    Il parait que la dame se considère comme compétente... Comme son pingouin géniteur familial...

  • gnapi le mardi 27 mai 2014 à 14:43

    Etant donné sa capacité d'anticipation, l'intelligence de sa gestion et son relationnel déjà primé par deux fois au Prud'hommes, pensait on vraiment qu'elle relèverai le niveau - pourtant bien bas - d'un gouvernement à la dérive. Mais qui vit bien merci.

  • gnapi le mardi 27 mai 2014 à 14:40

    Les socialos, ça ose tout. C'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnait.

  • gnapi le mardi 27 mai 2014 à 14:39

    Ségo en capitaine d'industrie : bravo. Au fait : qui la remplace au psote de porte-parole de la BPI ? personne. C'est dire si ce poste était nécessaire et justifié ! Par contre bien payé ...

  • gnapi le mardi 27 mai 2014 à 14:38

    Les contribuables de Poitou-Charente : merci !

  • luke4 le samedi 24 mai 2014 à 11:07

    comptons un peu! 20 millions c'est beaucoup certes! mais dépensés par l'entreprise donc au final réinjecté dans l'économie qui ont fait vivre du monde c'est rien comparer aux 5 milliard que s’apprête à donner BNP aux américains où là ça sera pure perte...cherchez bien où est le scandale

  • rjd01 le jeudi 22 mai 2014 à 23:18

    Regardez moi cette bonne femme. Elle a perdu toutes les élections et se retrouve ministre. MAIS OU EST LA DEMOCRATIE ? La France, c'est devenu quoi ?PLUS JAMAIS LE PS

  • steimbcs le mercredi 21 mai 2014 à 10:26

    Comme durant la révolution coupons la tête à tous invidus qui ruinnent la France par leur égo incompétence voir leurs intérets.Un becasse sans tête sur l'étale d'un marché du poitou-charente serait du plus bel effet

  • j.sallio le vendredi 16 mai 2014 à 17:13

    Et on se demande sur quels critères de compétences avait Elle été nommée à la banque de je ne sait plus quoi.J'espère qu'il ne s'agissait pas de piloter des entreprises, Sinon elles auraient été en grand danger, triste fin pour MIA et ses 200 salariés

  • j.sallio le vendredi 16 mai 2014 à 17:09

    Elle peut se le permettre ce n'est pas avec son argent, et quand on ne paie pas qu'importe la facture.Le socialisme ne regarde pas à l'intérêt de tous mais à sa personne,sinon pourquoi le gouvernement créé de plus en plus de fonctionnairepar s'assurer un électorat et pour les français une dette.