Marchés : « plusieurs scénarios peuvent être imaginés pour 2016 » (Cholet Dupont)

le
4

Quelles surprises l'année 2016 peut-elle réserver aux investisseurs ? L'analyse de la société Cholet Dupont.
Quelles surprises l'année 2016 peut-elle réserver aux investisseurs ? L'analyse de la société Cholet Dupont.

Après le très mauvais début d’année enregistré sur les marchés, les perspectives de l’année 2016 paraissent plus incertaines que jamais. Entre scénario catastrophe et fausse alerte débouchant sur un rapide rebond, Cholet Dupont essaie d’y voir plus clair.

Commentant les récentes évolutions des marchés boursiers, Vincent Guenzi, directeur de la stratégie chez Cholet Dupont, note la résurgence de « craintes sur le cycle économique ou le cycle boursier », provenant notamment de Chine. Cette résurgence des craintes n’était pas attendue par Cholet Dupont, qui envisageait il y a peu un CAC40 à 4.900 points pour la fin d’année 2015.

Au sein de l’Empire du Milieu, « les épargnants chinois font leur apprentissage de la Bourse ainsi que le Gouvernement », affirme Vincent Guenzi. « Le dégonflement de la bulle boursière actuelle, plus forte que celle de 2006/2007, n’est pas terminé et s’accompagne de paniques et d’erreurs des autorités de contrôle qui déboussolent les investisseurs. La baisse de la devise amplifie les pertes des investisseurs étrangers, qui retirent leurs capitaux. Tout ceci fait mauvais effet mais demeure moins important que les vrais défis économiques du pays », poursuit-il. Ces défis désignent, comme on le sait, le ralentissement industriel du pays et la réduction de ses surcapacités de production.

« Enfin, les dettes des entreprises et des gouvernements locaux ont fortement augmenté depuis 10 ans, surtout celles libellées en devises étrangères et, en phase de ralentissement économique, cela inquiète » note le stratégiste, alors qu’on ne connaît pas les capacités de remboursement de certaines entreprises, et donc les véritables risques encourus pour le système bancaire chinois.

Dans ce cadre, « plusieurs scénarios peuvent être imaginés pour 2016. La stratégie d’investissement devra s’y adapter en cours d’année ».

Scénario n°1 : conforme aux prévisions économiques

Dans un scénario qualifié de « consensuel », Cholet Dupont envisage cette année un « atterrissage en douceur de la Chine réussi » ainsi qu’un « maintien de la croissance selon les prévisions », c’est-à-dire environ 3,5% de croissance mondiale selon les prévisions du FMI, avec une croissance chinoise supérieure à 6,5%.

Cholet Dupont envisage également dans ce scénario un « relèvement très progressif des taux de la FED », une « stabilisation du dollar et des matières premières » ainsi qu’une « petite remontée de l’inflation ». Autant de sujets qui permettraient de calmer les craintes des opérateurs de marché.

Malgré ces bonnes nouvelles, face à un tel scénario, « les actions américaines ne peuvent pas progresser de plus de 5% » tandis que « les actions européennes sont privilégiées avec un potentiel de 10% », envisage Vincent Guenzi.

Scénario n°2 : de bonnes surprises

Dans ce second scénario, qualifié d’« optimiste », les bonnes nouvelles du premier scénario se retrouveraient telles quelles, auxquelles s’ajouteraient des bonnes nouvelles supplémentaires sur le front des résultats d’entreprises, qui ressortiraient supérieurs aux attentes des analystes.

Dans ce scénario, « Progressivement, la confiance reviendrait. La croissance des résultats commencerait à être revue en hausse. La stabilité des marchés obligataires permettrait une revalorisation des actions qui progresseraient plus que prévu, aux Etats-Unis et en Europe. Les scénarios négatifs seraient repoussés à plus tard ».

Scénario n°3 : le pessimisme l’emporte

À moins, justement, que les scénarios négatifs soient pour tout de suite. Dans un tel cas, de nombreuses sources d’inquiétudes pourraient se déclencher (ou se re-déclencher) en 2016.

Première possibilité, qui vient immédiatement à l’esprit suite au début d’année chahuté : « Le ralentissement chinois s’amplifierait par manque de contrôle des autorités chinoises », imagine Vincent Guenzi. À cela s’associerait une « baisse du Yuan et une déflation exportée ». La croissance mondiale serait alors revue en baisse. « Les marchés boursiers baisseraient dans un premier temps, mais la hausse des marchés obligataires finirait par stabiliser les actions », envisage le stratégiste.

Autre possibilité, la Fed pourrait « remonter ses taux trop rapidement au premier semestre et provoquer de fortes baisses sur les actions et les marchés obligataires les plus risqués ».

Enfin, « Le manque de potentiel des actions américaines [pourrait finir] par entrainer une lassitude des investisseurs et une correction : ou bien la croissance est meilleure, les salaires augmentent et les marges des entreprises doivent baisser, ou la croissance est plus faible et les résultats doivent baisser aussi. Selon nous, cette hypothèse mérite plus d’attention que les deux précédentes », note Vincent Guenzi.

Quel scénario privilégier ?

Reste à savoir quel scénario envisagé se déroulera réellement. Au jeu de la boule de cristal, Cholet Dupont reste plutôt optimiste, affichant toujours dans sa note de stratégie de janvier un objectif de cours du CAC40 à 5.400 points pour la mi-2016.

Vincent Guenzi justifie ce pari ambitieux : « à moyen terme, avec un retour de confiance, le potentiel de hausse s’établirait à plus de 20% pour les actions européennes, à plus de 10% pour les actions américaines et à plus de 15% pour les japonaises », affirme-t-il.

Mais la société de gestion est bien consciente de la fragilité de ce scénario rose. « La violence à répétition des mouvements de marché peut fragiliser la situation. Même si nous pensons que l’environnement n’est pas franchement différent de celui de l’automne, notamment en Chine, les risques ont peut-être augmenté sur les marchés, même si (…) les marchés se rapprochent de niveaux techniques de survente », détaille le stratégiste.

En somme, « la prudence s’imposera encore quelques temps », conclue Vincent Guenzi en modérant son optimisme, tout en gardant clairement dans le viseur un éventuel rebond significatif des grands indices européens, qu’il faudra essayer de capter lorsqu’il se présentera.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mikkaela le mercredi 20 jan 2016 à 17:38

    au final ils ne savent rien...c'est ce que l'on pourrait en déduire

  • monjohn le jeudi 14 jan 2016 à 09:11

    Un chien d'aveugle serait plus sur pour trouver son chemin.

  • domsko le jeudi 14 jan 2016 à 00:34

    Si le bateau coule, courageux, vous rester à bord, téméraire vous sautez à l'eau sans bouée.

  • Sawsix le mercredi 13 jan 2016 à 18:38

    touffu et sans la moindre vista...