Marchés : l'effondrement des taux souverains se poursuit

le
0

Sur les marchés obligataires, les taux des emprunts souverains atteignaient de nouveaux plus bas historiques mercredi 6 juillet.
Sur les marchés obligataires, les taux des emprunts souverains atteignaient de nouveaux plus bas historiques mercredi 6 juillet.

La chute des taux souverains, particulièrement forte depuis l’annonce du « Brexit », s’accentuait mercredi 6 juillet dans une nouvelle séance d’aversion face aux risques.

Un stress est apparu de manière assez soudaine mardi 5 juillet sur le secteur immobilier britannique, en lien avec l’impact du « Brexit ». Trois fonds immobiliers britanniques ont été suspendus par les sociétés de gestion qui les gèrent pour juguler les forts retraits dont ils étaient la cible. Les investisseurs craignent une baisse des prix de l’immobilier à Londres et souhaitent se retirer de ce marché.

Les marchés actions, déjà pénalisés mardi, accentuaient leurs pertes mercredi. À 14h, le CAC40 s’affichait en baisse de 1,97% après avoir perdu plus de 2% vers 13h, et les investisseurs se reportaient de nouveau sur les actifs les plus sûrs du marché obligataire, donc les taux continuaient donc de chuter à des niveaux extrêmement bas.

Le taux à 10 ans allemand, qui évoluait autour de -0,15% en début de semaine, est passé sous les -0,20% mercredi matin. Du côté français, la chute est tout aussi forte : le taux de l’OAT à 10 ans continue de s’approcher du territoire négatif, ayant atteint un maigre 0,10% en matinée d’après les données de Bloomberg, enregistrant un nouveau plus bas historique.

Les taux américains enregistrent également des plus bas historiques dans le contexte actuel. Le 10 ans américain est passé à seulement 1,33%, tandis que le 30 ans est passé à seulement 2,10%. À noter que le taux à 10 ans est devenu plus faible que le taux de l’inflation américaine : le taux réel américain à 10 ans est donc « négatif ».

La chute des taux concerne également les dettes souveraines des pays d’Europe du Sud : le taux à 10 ans espagnol évoluait à 1,14% mercredi, également à son plus bas historique, et malgré une première réaction en sens inverse le 24 juin où les taux espagnols étaient montés. Même mouvement du côté des taux italiens, où le taux à 10 ans évoluait mercredi à 1,22%.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant