Marché baissier : objectif 3500 points en janvier 2017 ? (Cercle des analystes indépendants)

le , mis à jour à 18:00
36

Pour Eric Galiègue, les marchés actions sont devenus fondamentalement baissiers, et de nouveaux décrochages boursiers seraient à venir.
Pour Eric Galiègue, les marchés actions sont devenus fondamentalement baissiers, et de nouveaux décrochages boursiers seraient à venir.

Malgré leur bonne tenue au cours des derniers jours, les marchés européens sont l'objet de commentaires toujours très contrastés. Eric Galiègue, président du Cercle des analystes indépendants, se montre ouvertement pessimiste : pour lui, le CAC40 est clairement engagé dans un cycle baissier.

Les marchés d’actions sont entrés dans une tendance baissière depuis la semaine du 24 août 2015, pendant laquelle les principaux indices mondiaux sont passés en-dessous de leur moyenne mobile un an. Malheureusement, les indices de confirmation de cette situation se multiplient. En fait, le retournement a maturé aux USA depuis octobre 2014, date de la fin du "Quantative Easing" aux USA. Depuis cette date, le différentiel des taux d’intérêt entre les entreprises et l’Etat s’ouvre. Cela montre bien que l’aversion pour le risque augmente.

Evolution des écarts de taux sur le marché des obligations d'entreprises américaines, dans le secte
Evolution des écarts de taux sur le marché des obligations d'entreprises américaines, dans le secteur financier et industriel. Source : Factset et Valquant.

Le changement d’attitude du marché vis-à-vis des entreprise endettées est patent. Alors qu’il y a encore 3 semaines M. Drahi, le patron d’Altice, était accueilli come une star à New York, aujourd’hui le refinancement de la dernière acquisition de la holding de Numéricâble a été difficile, et obtenu à des taux de 7,5%. Le cours d’Altice a chuté récemment, traduisant l’impressionnante volteface des investisseurs... et l’avènement du marché baissier.

Cours de bourse d'Altice , dont les acquisitions et l'endettement financier ont augmenté de pair réce
Cours de bourse d'Altice (Holding de Patrick Drahi), dont les acquisitions et l'endettement financier ont augmenté de pair récemment.

Jusqu’où pourrait baisser le marché, et combien de temps ?  Cette question taraude les investisseurs, qui naturellement préfèrent les marchés haussiers. Il faut malheureusement constater la puissance du cycle, et que la force sous-jacente qui a mis un terme au marché haussier va  emporter les indices  bien plus bas que les niveaux actuels.

Nous proposons deux approches simplistes, voire naïves, pour mesurer la baisse potentielle du marché.

Une approche « technique »  consiste à mesurer la distance entre le plus bas et le plus haut des différents cycles passés, et de l’appliquer à la situation actuelle. Il faut ainsi appliquer a minima une baisse de 30% sur le plus haut observé en avril 2015, ce qui induit un CAC 40 à 3700 points. Evidemment, si on prenait l’hypothèse d’une baisse de 60%, l’addition serait beaucoup plus « salée »… 

Le CAC40 entre 1987 et 2015. Source : Factset et Valquant.
Le CAC40 entre 1987 et 2015. Source : Factset et Valquant.

Une mesure « fondamentale »  consiste à relever les plus bas des ratios d’évaluation observés (PER, Cours/actif net et valeur d’entreprises sur ventes) en creux de cycle, et de l’appliquer aux données financières actuelles.

Ratios de valorisation  des valeurs du CAC40 entre 1999 et 2015.
Ratios de valorisation (PER, VE/CA) des valeurs du CAC40 entre 1999 et 2015.

Le PER minimal observé au cours des crises de 2009 et 2011 a été de 8, et de 11,3 en 2002 : cela fait un PER minimum de « bas de cycle », de 9,1 en moyenne. L’application de ce PER aux bénéfices anticipés actuellement donne un indice CAC 40 implicite à  3200 points. En 2009 et 2011, le CAC 40 a rebondi sur sa valeur de fonds propres : elle est aujourd’hui établie à 3480 points, niveau que l’on peut assimiler à un socle en cas de baisse prolongée de l’indice. Enfin, selon le point bas du ratio de la valeur d’entreprise rapportée aux ventes, on peut définir un CAC 40 « bas de cycle » à 3050.

La synthèse de toutes ces approches (techniques et fondamentales), permet d’estimer un potentiel de baisse de notre indice national jusque 3470, c’est-à-dire quasiment exactement sa valeur de fonds propres. Il faut craindre une correction de 25% par rapport aux niveaux pratiqués actuellement (4650 points environ)

La durée des marchés baissiers au cours des 30 dernières années a été variable. Le marché baissier, mesuré du plus haut au plus bas, a duré 7mois en 1980-1981, 9 mois en 1987, 10 mois en 1990, celui de 1994 a duré 22 mois, celui de 2000-2003, 33 mois, celui de 2007-2008, 23 mois, celui de 2011, 9 mois. Ces 7 marchés baissiers connus au cours des 35 dernières années, ont donc eu une durée moyenne de 16 mois.

Cela voudrait dire, selon ces calculs, que le marché baissier qui a commencé le 24 aout 2015 devrait durer jusqu'en janvier 2017...

Eric Galiègue

Eric Galiegue est président de VALQUANT et du Cercle des Analystes Indépendants. Le Cercle des analystes indépendants est une association constituée entre une douzaine de bureaux indépendants à l'initiative de Valquant, la société d’analyse financière présidée par Eric Galiègue, pour promouvoir l'analyse indépendante.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MILAV le vendredi 16 oct 2015 à 15:20

    la bourse c'est fini pour les petits porteurs, je préconise qu'ils se retirent tous, ainsi qu'ils vident leurs comptes en banque et on verrat ce que cela donnera!

  • pelochon le vendredi 16 oct 2015 à 10:28

    le CAC va à 7000 tranquille

  • pi.arnau le lundi 12 oct 2015 à 10:11

    avec d abord un passage 6000 point en fin 2015 et une chute oui mais a 2700 point en 2017

  • fagin72 le lundi 12 oct 2015 à 09:50

    une pointure le gars !

  • cyti8 le dimanche 11 oct 2015 à 22:24

    Les meilleurs analystes se trompent 2 fois sur 3.

  • Albeicin le samedi 10 oct 2015 à 13:13

    Des prédictions en se basant sur des traits ! la bourse est plus complexe que cela.Aucune crédibilité à donner à ce gribouillage.

  • M2279098 le vendredi 9 oct 2015 à 20:14

    OK Sur le fond, je ne partage pas cette analyse par trop "graphique"; la bourse obéit à des tas de facteurs extérieurs difficilement prévisibles, aussi bien à court terme qu'à 1/2 terme. Le cash dispo est trop énorme pour que l'on n'assiste pas à une envolée des cours liée à des achats massifs ( en effet, où placer son cash de nos jours?).Sur la forme, votre graphique: il n'est pas du tout logarythmique, mais linéaire, et en 87, la valeur doit être de 1000, et non pas zéro! Bien à vous.

  • frk987 le vendredi 9 oct 2015 à 17:59

    On ne prévoit pas l'avenir à partir du passé, ils devraient méditer cette maxime ces analystes prétendus "indépendants".

  • hornerd le vendredi 9 oct 2015 à 14:15

    Comme c'est désormais le cas pour les professionnels de santé qui ont l'obligation de déclarer leurs intérêts (http://www.slate.fr/story/89079/transparence-medecins-sante), il serait bon d'en faire de même pour tous ceux des mondes financier et économique qui sont en contact avec le public : journalistes, économistes, ...Pourquoi ne pas obliger par exemple ces journalistes économiques, indépendants ou non, à déclarer leurs positions ?

  • M4358281 le vendredi 9 oct 2015 à 10:30

    jsau1 a raison ..il faut compiler et les ressortir plus tard