Malgré les critiques, le diesel résiste en Europe

le
3
LE DIESEL RÉSISTE AUX POLÉMIQUES EN EUROPE
LE DIESEL RÉSISTE AUX POLÉMIQUES EN EUROPE

PARIS (Reuters) - Le diesel a fait de la résistance en juillet dans les immatriculations de voitures neuves en Europe de l'Ouest malgré les critiques dont cette motorisation fait l'objet depuis le scandale Volkswagen, selon une étude de LMC Automotive publiée mercredi.

Tombé à moins d'une vente de voiture sur deux en Europe en mai, le diesel est remonté à 50,6% en Europe en juillet.

"La part du diesel continue de tourner autour de la barre des 50%, avec un léger rebond dans les résultats de juillet qui porte (cette technologie) une fois encore au-dessus de cette ligne symbolique (50,6%)", écrit la division automobile du cabinet de conseil LMC dans son baromètre publié tous les deux mois.

Le rebond estival s'inscrit cependant dans une tendance d'érosion à long terme: le poids de cette motorisation a baissé de deux points de pourcentage en un an, et d'environ six points en quatre ans.

L'affaire de trucage des émissions polluantes de Volkswagen a suscité un vaste mouvement de défiance vis-à-vis des niveaux d'oxydes d'azote (NOx) revendiqués par les constructeurs automobiles lors de l'homologation des véhicules, ces valeurs pouvant être largement dépassées dans les conditions normales d'utilisation d'une voiture.

Renault, particulièrement montré du doigt pour ce type de dépassement, a reculé en Bourse mardi matin après un article du Financial Times selon lequel la Commission européenne entend demander à la France toutes les données recueillies lors des tests de voitures réalisées par la commission Royal.

Le FT s'étonne notamment que le système de dépollution d'un SUV Renault Captur testé en France par la commission se soit activé intensément lorsque le véhicule a été préparé pour les tests d'émission.

Renault a répété mercredi qu'il se conformait strictement à la réglementation de tous ses marchés, que ses voitures n'étaient pas équipées d'un logiciel de trucage des émissions et qu'il avait transmis à la commission Royal et aux autres instances réalisant des enquêtes toutes les explications techniques requises.

A compter de septembre 2017, les nouvelles normes d'homologation devront intégrer la performance des véhicules sur route, alors qu'aujourd'hui les voitures utilisées pour les tests de validation sont préconditionnées d'une manière très éloignée de la vie réelle.

Dans son étude, LMC note que le taux de pénétration du diesel chez Volkswagen a baissé davantage que la moyenne européenne, de 3,4 points de pourcentage sur les cinq principaux marchés lors des sept premiers mois de l'année, contre deux points en moyenne pour le secteur.

Mais si le diesel est de plus en plus montré du doigt, il résiste aussi dans l'offre du constructeur allemand.

"La baisse plus forte que la valeur moyenne est peut-être un résultat direct de la crise qu'a traversée VW au quatrième trimestre 2015, mais c'est loin de constituer un effondrement", ajoute LMC dans son étude.

Avec 54,1% de ses ventes en diesel sur la période janvier-juillet, le numéro un européen reste au-dessus de la moyenne de tous les constructeurs.

(Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • DADA40 il y a 10 mois

    Je préfère un diesel bien réglé qu'un essence mal réglé et de plus il consomme 1 l de moins aux 100 km donc il pollue moins. les nouveaux filtres sont très efficaces mais on ferait mieux de se pencher sur le scandale du chauffage au fuel !

  • Fragued il y a 10 mois

    Le diesel résiste encore parce que ce carburant possède une fiscalité largement favorable. Les pouvoirs publics se moquent de la santé des citoyens et de l'avenir de la planète. Il suffit de constater qu'il est financièrement plus avantageux d'émettre 120 g de CO2 avec un SUV au mazout que 105 g avec un véhicule au SP 95. Cherchez l'erreur.

  • Mig737 il y a 10 mois

    Le diesel se vend moins car les constructeurs proposent enfin des petits moteur turbo avec un couple intéressant et une consommation réduite, ce n'est pas plus compliqué que cela! Si demain les constructeur proposent des moteurs diesel avec une consommation réelle de 3 l/100, les consommateurs reviendront au diesel!