Loi El Khomri : les syndicats cherchent la riposte

le
2
Pour Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, cette loi vaut une grève.
Pour Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, cette loi vaut une grève.

Ce n'était pas arrivé depuis 2013. À l'invitation de la CGT, les principaux syndicats se réunissent en fin de journée en intersyndicale pour tenter de s'accorder sur les moyens de « faire bouger » la loi El Khomri. Des représentants de la CFDT, de FO, de l'Unsa, de CFE-CGC, FSU et de Solidaires mais aussi les lycéens de l'UNL ont rendez-vous à la CGT, à Montreuil, pour discuter à partir de 18 heures de la « situation sociale, économique et politique ». Mais, bien évidemment, le « noeud du chantier », c'est ce projet de réforme du droit du travail, précise-t-on à la CGT, qui, depuis qu'il a fuité dans la presse, a déclenché une tempête à gauche.

Ce texte de 52 articles prévoit, entre autres, la création d'un compte personnel d'activité (CPA) et l'instauration du « droit à la déconnexion ». Il ouvre aussi la voie au référendum en entreprise pour valider des accords minoritaires, précise les conditions du licenciement économique, plafonne les indemnités prud'homales et prévoit la primauté des accords d'entreprise en matière de temps de travail. Manuel Valls a prévenu mardi qu'il irait « jusqu'au bout » de la réforme, insistant sur sa volonté de « convaincre » les Français et les parlementaires.

Des points positifs pour la CFTC

Pour le gouvernement, ce texte est une réponse au chômage de masse, la France comptant 3,5 millions de demandeurs d'emploi sans activité, un...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • serge537 il y a 12 mois

    combien l etat verse t il au clowns de syndicats pour qu ils foutent le bazar ?????

  • M5723741 il y a 12 mois

    Comment des organisations qui représentent moins de 5% des salariés du secteur privé, peuvent prétendre déclarer la guerre à l'état français sans complicités internes. Une grande réforme à faire: la représentation syndicale dans ce pays.