Les vraies conditions de travail des pilotes d'Air France

le , mis à jour le
8
Les navigants d'Air France sont mieux payés et volent moins que leurs collègues européens. 
Les navigants d'Air France sont mieux payés et volent moins que leurs collègues européens. 

Deux critères principaux ? salaires et temps de vol ? sont pris en compte quand on veut comparer la productivité des pilotes d'Air France à celle de leurs homologues européens, cela hors charges sociales, un domaine où notre pays est champion. Les salaires, qui ont pu être récemment publiés, sont extraits du bilan social annuel de la compagnie, communiqué lors de l'assemblée générale annuelle. Pour ne pas fâcher les organisations professionnelles, seuls les minima garantis mensuels pour 65 heures de vol sont indiqués. C'est le salaire que touche un pilote en arrêt de maladie, par exemple. La réalité telle qu'elle apparaît dans les comptes opérationnels est assez différente, car elle intègre toute la série de primes et de majorations, comme celle du vol de nuit (50 %). Le déclenchement des heures supplémentaires au-delà de 65 heures mensuelles revient souvent à obérer la rentabilité d'un vol, note-t-on à Air France, où seulement 20 % des dessertes longs-courriers sont bénéficiaires.

Conséquence, quand un commandant de bord de Boeing 777 coûte 270 000 euros par an à Air France, son homologue à Lufthansa revient à 210 000 euros et à l'équivalent de 200 000 euros chez British Airways, les compagnies européennes qui exploitent des réseaux comparables. La différence d'un salaire à un autre, qui peut atteindre 30 % en plus, n'est pas compensée par un tiers d'heures de vol en plus.

Travailler moins pour être...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bigleb le lundi 26 oct 2015 à 18:46

    Argument fallacieux car Lufthansa n'exploite pas de B777 et la rémunération est, comme dans la plupart des compagnies mondiales, indexé à la masse au décollage de l'avion sur lequel le pilote est qualifié.De plus, les pilotes B777 AF volent beaucoup et la rémunération est, comme ailleurs,variable et basée sur le nombre d'heures de vol effectuées mensuellement.

  • p.cuquel le jeudi 22 oct 2015 à 12:55

    Ce qu'on oublie dans ce genre d’article, c'est que les pilotes ne sont pas les seuls a avoir des privilèges qu’ils voudraient garder : de l'autre coté, à la Direction il y a des aussi des profiteurs. D’autant que ce sont les décisions des derniers qui amènent aux pbs actuels. Bref, nul n'est clean dans l'affaire, pas plus que ceux qui font des commentaires a charge (sans rien y connaitre) mais qui ne voudraient surtout pas qu'on leur sucrent leurs propres avantage

  • gl060670 le jeudi 22 oct 2015 à 11:58

    M736 pas facile la vie !!

  • M7361806 le jeudi 22 oct 2015 à 11:45

    Pilotes- politiciens -agences bidon -copains planqués- retraites dorées pour les fonctionnaires -assistés tous azimuts, les classes moyennes payent toutes ces danseuses !, Voila le socialisme sous HOLLANDE

  • M7361806 le jeudi 22 oct 2015 à 11:39

    La FRANCE des privilèges continue avec le PS !

  • frk987 le jeudi 22 oct 2015 à 11:37

    On arrête ce délire, après impôts un pilote d'AF gagne moins que ses confrères britanniques, que l'Etat arrête de se mêler de ce qu'il ne le regarde pas et ajuste les impôts au niveau européen.

  • dcabon le mercredi 21 oct 2015 à 19:06

    Edifiant article ! Mais on peut très logiquement supposer que le SNPL va nous expliquer que tous ces arguments sont fallacieux ?

  • M3417926 le mercredi 21 oct 2015 à 19:03

    Oui, mais le plan social n'intègre que 300 postes de pilote ! C'est cela parler de Air France et de son plan social objectivement ?