Les volumes d'émission des entreprises françaises ne devraient pas retrouver cette année leur niveau de 2014

le
0

(NEWSManagers.com) - En France, les volumes d'émission des entreprises devraient généralement s'inscrire en deçà des niveaux records atteints l'an dernier, les sociétés qui ont refinancé par anticipation l'essentiel de leurs besoins de liquidité en 2015 adoptant une stratégie d'investissement plus prudente compte tenu des perspectives de croissance limitées, indique Moody's Investors Service dans une étude récente intitulée " French Non-Financial Corporates: Companies' Appetite for Bonds Cools After Record 2014 " .

" Après un record de 91 milliards d'euros l'an dernier, les volumes d'émission des entreprises françaises vont régresser en 2015. Les entreprises qui ont réuni d'importantes réserves de liquidités suite à l'année record sur les marchés obligataires en 2014 feront, en effet, preuve d'une plus grande prudence dans leurs investissements face aux faibles perspectives de croissance de l'économie française " , souligne Guillaume Léglise, analyste chez Moody's, qui signe cette étude. " Les opérations de fusion-acquisition sont néanmoins de nature à doper les volumes d'émission dans les 12 à 18 prochains mois. "

Pour les prochains mois, Moody's anticipe par ailleurs une poursuite du rythme ralenti des émissions de la part de primo-émetteurs notés en catégorie spéculative (Speculative Grade), les investisseurs se montrant de plus en plus sélectifs sur les obligations faiblement notées en période de volatilité accrue sur les marchés financiers - en témoigne d'ailleurs la marge plus importante de fluctuation des rendements pour les nouveaux émetteurs.

La désintermédiation bancaire va se poursuivre en France bien qu'à un rythme moins soutenu que ces dernières années, l'appétit des entreprises pour l'obligataire s'émoussant après la vague de refinancements de 2014 et les prêts bancaires connaissant une reprise face à la remontée des rendements obligataires et l'accentuation de la volatilité sur les marchés financiers.

En France, le marché des placements privés devrait, estime Moody's, poursuivre sa croissance tendancielle dans les 12 prochains mois, les entreprises continuant à recourir à cette solution de financement complémentaire. Ce marché a témoigné d'une grande vitalité en 2014 avec une augmentation du nombre de primo-émetteurs en grande partie favorisée par l'entrée en vigueur de la Charte relative aux " Euro Private Placements " ou " Euro PP " .

Les émissions de dette hybride continuent à susciter l'engouement des grands groupes français Investment Grade dont l'objectif principal est de financer leurs acquisitions ou d'éviter les tensions induites par ces opérations sur leurs notations. Les primo-émetteurs se tournent également vers le marché pour se financer, les entreprises s'efforçant de diversifier leurs sources de financement et de renforcer leurs bilans.

Elodie Witting

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant