Les risques immobiliers augmentent sur les marchés émergents

le
0

(NEWSManagers.com) - Cushman & Wakefield vient de publier la deuxième édition d'une étude sur l'évaluation des risques et des opportunités des marchés émergents. Cette étude évalue 4 principaux facteurs de risque, l'accès et la transparence des informations, le contexte géopolitique, la corruption et la sécurité, et classe 42 pays à l'aide d'un indice pondéré permettant de déterminer les marchés qui offrent aux entreprises les meilleures opportunités de développements immobiliers.

L'étude souligne que les récents événements en Ukraine, en Irak et au Venezuela ont remis sur le devant de la scène les risques géopolitiques et les risques liés à la sécurité. Il reste néanmoins de nombreuses opportunités de croissance sur de nombreux marchés émergents et frontières, estime Cushman & Wakefield.

L'Afrique et le Moyen-Orient sont les marchés qui présentent les risques les plus faibles, avec huit pays référencés dans le Top 10 des marchés les plus transparents, à savoir le Botswana, l'Afrique du Sud, la Zambie, le Ghana, l'Algérie, la Tunisie pour l'Afrique; les Emirats Arables Unis et Oman pour le Moyen-Orient. L'Afrique du Sud est reconnue pour ses marchés immobiliers développés, avec une reprise, il est vrai lente, de l'immobilier de bureaux.

En Amérique latine, le Pérou (8ème), le Mexique (15ème) et l'Uruguay (18ème) sont les 3 pays à privilégier. Le Mexique est bien positionné sur le critère de la transparence mais présente un manque de stabilité politique. En Asie-Pacifique, l'Indonésie (5ème) est le marché le plus transparent (la Thaïlande et les Philippines arrivent respectivement à la 11ème et 14ème places).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant