"Les investisseurs retiennent leur souffle avant la décision de la Fed" (E. de Rothschild AM)

le
4

Les marchés retrouvent une forte volatilité depuis quelques séances alors que des interrogations demeurent sur la communication de la Fed, attendue mercredi soir.
Les marchés retrouvent une forte volatilité depuis quelques séances alors que des interrogations demeurent sur la communication de la Fed, attendue mercredi soir.

La volatilité est de retour sur les marchés alors que la communauté financière reste indécise face à la teneur des  propos qui seront tenus mercredi soir par Janet Yellen, présidente de la Fed. Peu de doutes subsistent en revanche sur la remontée à venir des taux directeurs de la banque centrale américaine.

"Dans ses récents discours, notamment celui prononcé début décembre devant l’Economic Club de Washington, [Jenet Yellen] a affiché sa confiance dans le redressement de l’économie américaine, préalable requis avant une hausse des taux qui semble bel et bien se dessiner", explique Edmond de Rothschild Asset Management dans une note de marché diffusée mardi 15 décembre.

La société de gestion poursuit : "La présidente de la Fed mais aussi bon nombre des membres de l’institution ont adopté un ton clairement hawkish [volontariste] depuis plusieurs semaines, afin de préparer les investisseurs à la perspective d’un resserrement de la politique monétaire qui devrait être progressif. Ils rappellent régulièrement la bonne tenue du marché de l’emploi, au regard des créations de postes aux Etats-Unis ces derniers mois, et se félicitent des chiffres de la consommation. En outre, ils estiment que les soubresauts dans les émergents ne viendront pas ternir le cycle de reprise".

La poursuite du statu quo sur les taux directeurs américains, comme cela s'était vu en septembre dernier, n'est plus possible. "Janet Yellen n’a guère le choix de passer à l’offensive dès ce mois-ci. Dans le cas contraire, les banquiers centraux enverraient un signal négatif sur la santé de l’économie américaine", explique Edmond de Rothschild AM.

Comme presque tous les analystes, les économistes de la société de gestion estiment que "Cette première hausse de taux aux Etats-Unis depuis neuf ans devrait être limitée, à un quart de point (0,25%). La Fed pourrait décider de nouvelles vagues modestes de relèvement des taux en 2016, en fonction de données clés (inflation et dollar), pour atteindre 1% d’ici la fin de l’année prochaine".

La communication de la Fed reste la grande inconnue

La variable inconnue vis-à-vis de la Fed concerne sa stratégie de communication, et plus exactement la manière dont la banque centrale va essayer de guider, ou non, les attentes des analystes pour leur permettre d'anticiper ses futures décisisons.

C'est ce qu'explique Edmond de Rothschild AM : "La question consiste à savoir à quel point la Réserve fédérale voudra fournir une forward guidance [trame directrice]. Pour l’heure, elle n’en fournit plus, sachant que les dots [points clés représentant les anticipations des membres du FOMC sur l'évolution future des taux] sont trop écartés pour être un outil fiable. [Janet Yellen] se bornera-t-elle à dire que les prochains mouvements dépendront de la conjoncture, ce qui reviendrait à supprimer tout repère aux marchés ? Quels éléments, au-delà d’un changement des dots, la banque centrale utilisera-t-elle pour faire comprendre qu’une hausse des taux devrait être limitée dans un premier temps ? Les premiers éléments de réponses seront très importants pour les investisseurs".

La divergence de politique monétaire entre l'Europe et les Etats-Unis devrait en tout cas se refléter sur les performances des marchés actions en 2016. "La désynchronisation des politiques monétaires entre les Etats-Unis et la zone euro va s’accentuer progressivement au cours des prochains mois, renforçant indéniablement l’attractivité du Vieux Continent et plus particulièrement des actions européennes. Les valeurs cycliques de la zone euro, avec une exposition domestique, devraient notamment tirer leur épingle du jeu", conclut la société de gestion.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dcabon le mardi 15 déc 2015 à 17:31

    D'accord avec l'analyse profonde de M3182284 ! En général quand on retient son souffle, il est rare qu'on s'agite comme ça !!

  • js31 le mardi 15 déc 2015 à 17:27

    lu sur france24 non pas la FED mais la DEF!! y'en a qui sont a fond dans le foot pendant leurs heures de travail!!lol

  • M3182284 le mardi 15 déc 2015 à 17:07

    AVec la volatilité de ces jours j'ai plutôt l'impression qu'ils font de l'hyperventilation que de retenir leur souffle.

  • vazi le mardi 15 déc 2015 à 17:00

    du moment qu'ils ne lâchent pas des caisses ils peuvent tout retenir