Les investisseurs institutionnels continuent de privilégier les actions

le
0

(NEWSManagers.com) - L'appétit des investisseurs pour le risque ne se dément pas. Selon l'enquête de rotation du risque d' ING Investment Management (ING IM), réalisée en mars auprès de 83 investisseurs institutionnels basés en Europe, cet appétit a continué de progresser au cours des six derniers mois mais à un rythme moins soutenu que précédemment. Ainsi, au premier trimestre 2014, 42 % des sondés ont déclaré que leur appétit pour le risque avait augmenté tandis que 19% d'entre eux ont reconnu qu'il avait diminué. Les chiffres pour le quatrième trimestre 2013 étaient respectivement de 56% et 11%, rappelle ING IM dans un communiqué.

D'après l'enquête, ce ralentissement s'expliquerait par les craintes relatives à la Chine et le risque d'événements inattendus. De fait, alors que 14 % des investisseurs sondés avaient déclaré au quatrième trimestre 2013 qu'ils étaient " significativement" préoccupés par l'éventualité d'un " hard landing" en Chine, ils sont désormais 27 % à évoquer cette préoccupation au premier trimestre 2014. S'agissant du risque d'événements exceptionnels, les chiffres sont passés de 11 % à 27 % sur la même période de référence.

Pour autant, leur appétit pour les actions reste fort. Ainsi, 70 % des investisseurs institutionnels interrogés ont déclaré que, parmi les principales classes d'actifs, les actions devraient être la plus attrayante en termes de risque/rendement au cours des 3 à 6 prochains mois. " Il convient cependant de noter le net repli de l'intérêt pour les valeurs immobilières, quoique ces dernières demeurent le second choix" , observe ING IM. De fait, 30 % des personnes interrogées les considèrent comme leur classe d'actifs favorite contre 45 % au trimestre précédent.

Enfin, dernier signe de l'appétit toujours manifeste des investisseurs pour le risque, 51 % des investisseurs institutionnels sondés estiment que la performance des actifs des marchés émergents va s'améliorer dans les 3 à 6 mois à venir, alors que 22 % seulement pensent que cela est improbable.

En termes de zones géographiques, les investisseurs institutionnels estiment que les meilleurs opportunités en termes de rendement/risque se situent d'abord aux Etats-Unis (30 %), devant le Royaume-Uni (24%), les marchés émergents (18%) et, enfin, l'Europe (13%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant