Les agriculteurs de l'ouest de la France mobilisés

le
0
    RENNES, 17 février (Reuters) - De Rennes à Toulouse en 
passant par Poitiers, les agriculteurs français ont multiplié 
mercredi les actions pour protester contre la baisse des cours, 
quelques heures avant l'annonce par le gouvernement d'une baisse 
des cotisations sociales. 
    Cette mesure, qui doit être présentée par le Premier 
ministre Manuel Valls, fait suite à l'annonce, mardi, par les 
enseignes françaises de la grande distribution de leur 
participation à un fonds de solidarité de 100 millions d'euros 
en faveur des éleveurs porcins.   
    La France prépare également des propositions qui pourraient 
déboucher en mars sur des mesures européennes en faveur des 
éleveurs et a annoncé un étiquetage national de l'origine des 
produits transformés si l'Europe le refuse.   
    En attendant, les agriculteurs maintiennent une pression 
très forte sur le terrain pour obtenir satisfaction. 
    Des convois de plusieurs dizaines de tracteurs et de 
remorques chargées de détritus ont ainsi convergé mercredi vers 
Rennes, provoquant d'importants bouchons sur les principaux axes 
d'accès à la ville, avant de prendre position sur la rocade de 
la capitale bretonne, interdite à toute circulation. 
    Les agriculteurs estiment qu'une baisse des cotisations 
sociales ne suffira pas à répondre au malaise des campagnes. 
    "Cette baisse est indispensable pour retrouver de la 
compétitivité, mais il faut aussi une véritable ambition pour 
l'agriculture", a dit Thierry Coué, président de la Fédération 
Régionale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FRSEA) de 
Bretagne. 
    "Les paysans souffrent d'un manque de reconnaissance patent. 
Leur travail n'est ni rémunéré, ni reconnu", a t-il ajouté. 
    A Poitiers, une cinquantaine d'agriculteurs occupaient 
mercredi matin les locaux de la Direction départementale des 
territoires (DDT) à Poitiers, dans la Vienne, où ils ont passé 
la nuit, a-t-on appris de source syndicale. 
    Ils devaient être rejoints dans la matinée par d'autres 
manifestants dont ceux qui ont bloqué les accès aux parkings de 
l'hypermarché Auchan-sud où ils ont déversé des pneus et de la 
paille à l'aide d'une vingtaine de tracteurs et de remorques. 
    "On va continuer d'occuper les locaux tant que ça ne bougera 
pas de manière significative", a indiqué à Reuters Michel 
Caillé, le secrétaire général de la FDSEA de la Vienne. 
    "On nous dit qu'il va y avoir des annonces mais on voit 
venir des mesurettes. Il va falloir un message un peu plus fort 
vis-à-vis des agriculteurs en détresse", a-t-il ajouté.  
    Une centaine d'agriculteurs de la Haute-Garonne bloquaient 
par ailleurs mercredi le supermarché Leclerc de 
Roques-sur-Garonne pour demander une meilleure rémunération de 
leur travail.  
    De nombreux tracteurs bloquaient les ronds-points d'accès au 
centre commercial, entraînant d'importantes perturbations. Les 
agriculteurs ont entamé une opération escargot sur l'A64 dans le 
sens Bayonne-Toulouse.     
 
 (Pierre-Henri Allain à Rennes, Julie Rimbert à Toulouse et 
Claude Canellas à Bordeaux, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant