Le régime d'intermittent du spectacle expliqué en 1 minute

le
6
Près de 200 intermittents du spectacle défilent, le 23 juillet 2003 dans les rues de Lorient, pour protester contre la réforme de leur régime spécifique d'assurance chômage. 
Près de 200 intermittents du spectacle défilent, le 23 juillet 2003 dans les rues de Lorient, pour protester contre la réforme de leur régime spécifique d'assurance chômage. 

Intermittents du spectacle

Les intermittents sont des salariés qui alternent des périodes d'emploi et de non-emploi et, de ce fait, bénéficient d'un régime d'assurance chômage spécifique.

1936

Création du régime salarié intermittent à employeurs multiples pour les techniciens du cinéma.

À partir de 1969

Les artistes interprètes et les techniciens du spectacle vivant sont intégrés à ce régime.  

Été 2003

Le seuil de déclenchement des indemnisations se durcit :

Travailler 507 heures sur 10 mois pour les techniciens et 10 mois et demi pour les artistes donne droit à 8 mois d'indemnisation. Un temps qui ne tient pas compte de l'ensemble des heures effectivement travaillées (répétition, écriture?)

Des grèves entraînent l'annulation du Festival d'Avignon, sans empêcher la réforme.

2014

256 000 personnes cotisent à ce régime. Mais 100 000 à 110 000...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • m1234592 il y a 10 mois

    Presque tout est dit : 1936 le front popu, 1969 les séquelles de mai 68 .... La solution est ultra simple : on donne la gestion des allocs et des cotisation à la CGT et on isole le tout !

  • m1234592 il y a 10 mois

    Moi je n'ai aucun problème avec le régime des intermittents. Qd ya plus de sous on paye plus ! et on augmente les cotisations pour l'année d'après. Ceci dit il y a aussi le rôle de la CGT qui contrôle l'embauche des intermittents surtout dans l'audiovisuel public : là où il n'y a besoin que d'un seul employé la CGT oblige d'en employer 3 ... qui ont leur carte syndicale. Comme sur les docks si vous vous rappelez.

  • DADA40 il y a 10 mois

    Et si on assainissait le régime. Obliger les donneurs d'ordre , à commencer par l'audiovisuel public, à déclarer toutes les heures faites. On diminuerait les indemnités à verser en augmentant les recettes et le régime serait équilibré.

  • M3366730 il y a 10 mois

    Encore des privilégiés qui viennent se plaindre http://www.ifrap.org/emploi-et-politiques-sociales/un-rapport-enterre-toute-veritable-reforme-des-intermittents-du http://www.ifrap.org/emploi-et-politiques-sociales/aligner-les-intermittents-sur-le-regime-des-interimaires Aligner les intermittents sur le régime des intérimaires

  • Alananas il y a 10 mois

    507 heures sur 10 mois, soit 51 heures par mois, même Martinez n'en demande pas tant ! Le c.o.n.tribuable paiera.

  • Alananas il y a 10 mois

    "Travailler 507 heures sur 10 mois pour les techniciens et 10 mois et demi pour les artistes donne droit à 8 mois d'indemnisation. Un temps qui ne tient pas compte de l'ensemble des heures effectivement travaillées (répétition, écriture?)" Faut travailler 507 heures mais c'est un temps qui ne tient pas compte des heures effectivement travaillées!?. Faut que l'AFP arrête d'embaucher des stagiaires.