Le nouveau World Trade Center n'attire pas les entreprises

le
2

 

Manhattan : l'image classique des "Twin Towers" est désormais remplacée par la "Freedom Tower" qui trône au milieu du quartier des affaires.
Manhattan : l'image classique des "Twin Towers" est désormais remplacée par la "Freedom Tower" qui trône au milieu du quartier des affaires.

 

La nouvelle « Freedom Tower » a ouvert ses portes en début de semaine à New York. La principale tour qui remplace le World Trade Center est un concentré de modernité, mais l'historique du site d'implantation réduit l'incitation des entreprises.

42% de bureaux vide : c'est la situation locative du nouveau « World Trade Center » ayant ouvert ses portes il y a deux jours. La tour, construite pour redevenir la plus haute de New York et réaffirmer la puissance américaine suite aux événements d'il y a 13 ans, n'attire pas les entreprises.

Le souvenir reste encore trop fort

Alors que les discussions sont ouvertes depuis longtemps pour trouver de nouveaux locataires, le nombre d'accords signés est particulièrement faible par rapport au potentiel du nouveau bâtiment. Pour arriver à 58% d'occupation des locaux de la Freedom Tower, les propriétaires ont déjà dû faire d'importantes concessions financières aux entreprises lors de la signature de leur bail.

La rentabilité du bâtiment risque donc d'être beaucoup plus faible qu'attendu pour les investisseurs ayant entrepris sa construction. Aucun ancien locataire des Twin Towers n'a souhaité revenir s'installer à l'ancien endroit de la catastrophe du « 11 septembre ». Le souvenir de l'événement reste bien sûr très ancré dans les esprits.

La modernité n'y change rien

Pourtant, la nouvelle tour ne manque pas d'atouts. Le « One World Trade Center » désigne en réalité deux bâtiments, mais une seule tour dépasse l'ancien record de hauteur des précédentes « Twin Towers ».

La tour en question a été conçue pour résister à toutes sortes de scénarios « catastrophe ». Résistante aux explosions, résistante aux incendies, utilisant un béton armé ultrarésistant empêchant a priori tout effondrement : la « Freedom Tower » a clairement été conçue pour répondre aux anciennes failles des « Twin Towers ».

Mais à trop vouloir en faire, la tour se dresse également comme une réminiscence du traumatisme d'il y a 13 ans. Il n'en fallait pas plus pour provoquer le scepticisme des locataires potentiels. La tour aura sans doute beaucoup de mal à atteindre le taux de remplissage moyen des autres immeubles de Manhattan.

X.B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4314275 le mercredi 5 nov 2014 à 18:58

    Chat échaudé craint l'eau froide.

  • faites_c le mercredi 5 nov 2014 à 18:06

    Un bâtiment qui résiste aux explosion et incendies cela s'appelle un bunker! Sauf que les bunkers font rarement 200 m de haut! Comment-ont ils testé que ce bâtiment résisterait au choc avec un boeing 747 ou à une charge de semtex bien placée? Il y a souvent de grandes différences entre la théorie et la réalité