Le miel made in Paris

le
2
Les ruches des toits de l'Opéra Garnier.
Les ruches des toits de l'Opéra Garnier.

Le phénomène a beau dater, le spectacle de milliers d'abeilles s'échappant de ruches à cadre installées à même le sol sur un mélange d'ardoise et de zinc à Paris laisse sans voix. Tout au long de l'année, des colonies d'ouvrières font leur miel des toits parisiens, notamment ceux de l'hôtel des Invalides ou de l'Opéra Garnier. Séduite par l'idée, la Monnaie de Paris lancera du 17 novembre au 31 décembre prochain une opération de crowdfunding pour équiper la toiture du 11 quai de Conti en rucher. Au nombre de trois, ces abris sur mesure découleront de l'ambitieux projet MétaLmorphoses, destiné à transformer la plus vieille institution française en espace culturel et commercial. Audric de Campeau, apiculteur féru d'histoire des médailles, se chargera des 90 000 occupantes escomptées. La dernière usine intra-muros ? qui espère récolter 15 000 euros de ce financement participatif ? fera cadeau d'une partie du nectar produit aux mécènes. Le reste ira aux cuisines du restaurant trois étoiles de Guy Savoy.

Alors que la production de miel en France a progressé d'au moins 33 % cette année ? elle est passée, selon des chiffres de l'Union nationale de l'apiculture française, d'environ 10 000 tonnes en 2014 à 15 ou 17 000 tonnes en 2015 ?, celle de la capitale s'avère plus difficile à estimer. Les analyses du programme Abeille, sentinelle de l

'

environnement mis en place par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MIKE3000 le dimanche 8 nov 2015 à 15:12

    Du miel au N.ox

  • gacher le dimanche 8 nov 2015 à 09:50

    le crowdfunding est devenu le moyen de prendre de l'argent à des citoyens alors que l'emprunteur peut très bien financer par lui même. c'est plus du cowfunding, car on est pris pour des vaches à lait ou des pigeons au choix