Le marché français plombe Casino au 3e trimestre

le
0
LA FRANCE PÈSE SUR LA CROISSANCE DE CASINO AU 3E TRIMESTRE
LA FRANCE PÈSE SUR LA CROISSANCE DE CASINO AU 3E TRIMESTRE

PARIS (Reuters) - Casino a vu sa croissance organique marquer le pas au troisième trimestre, les ventes du distributeur étant repassées dans le rouge en France et ayant ralenti au Brésil.

Le groupe stéphanois a toutefois fait état de "bonnes tendances" en septembre et début octobre en France dans toutes ses enseignes après une faible activité cet été, qui a entraîné un recul de 1,6% de ses ventes en données organiques sur fond de guerre des prix et de mauvaises conditions météo.

Le chiffre d'affaires du groupe stéphanois a totalisé 11,967 milliards d'euros, un chiffre proche des 11,8 milliards attendus par les analystes, signant une croissance organique hors essence et effets calendaires ramenée à seulement 2,8%, après 6,5% au deuxième trimestre.

Les ventes des hypermarchés Géant Casino, qui avaient redressé la barre au cours des deux trimestres précédents, récoltant le fruit de baisses massives de prix engagées à la fin 2012, sont reparties à la baisse, accusant un recul de 3,9% en données comparables.

Affectées par l'obligation de fermeture à 21h00 au lieu de 22h00, les ventes de Monoprix ont quant à elles reculé de 1,9% à magasins comparables, après une baisse de 1,2% au trimestre précédent. Seul Franprix-Leader Price stoppe l'hémorragie des ventes avec un petite hausse de 0,2%.

A l'approche des négociations commerciales entre les distributeurs et leurs fournisseurs, Casino a emboîté le pas à Auchan et Système U, en s'alliant à Intermarché pour rester dans la course et peser d'un poids accru dans les discussions sur les prix.

A l'international, Casino a nettement ralenti la cadence au Brésil, où le groupe contrôle le numéro un de la distribution, Grupo Pao de Açucar (GPA). Ses ventes ont affiché une croissance organique de 6,7%, après 9,8% au deuxième trimestre, qui avait profité de l'effet Coupe du Monde.

L'action Casino a clôturé en hausse de 0,78% à 78,70 euros avant ces chiffres, donnant une capitalisation de 8,9 milliards, en recul de 6% depuis le début de l'année.

(Pascale Denis et Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant