Le marché français de la gestion confirme son dynamisme

le
0

(NEWSManagers.com) - Une satisfaction et un regret. Le marché français de la gestion se porte plutôt bien malgré la faiblesse chronique, probablement unique en Europe et dans le monde, de l'épargne longue en actions. Les encours globaux sous gestion (mandats et OPC) ont ainsi progressé légèrement en 2014 (3,5%) franchissant le cap des 3.200 milliards d'euros à 3.230 milliards d'euros, soit une croissance en volume de l'ordre de 100 milliards d'euros, a indiqué l' AFG le 11 février à l'occasion de la présentation du bilan 2014 du secteur. L'encours des fonds de droit français a crû à un rythme de 2,7% (environ 6% hors fonds monétaires). Parmi ces fonds, l'actif net des FIA dans le sens de la directive AIFM approche les 900 milliards d'euros, en hausse de 4,9%. Ensemble, les mandats et les fonds étrangers gérés en France ont augmenté, quant à eux, de 4,2%.

Plus en détail, les actifs gérés sous mandat, investis en grande partie en produits de taux, sont en progression de 4,5% à presque 1.440 milliards d'euros. Une croissance due pour l'essentiel à des effets de marché et à une forte remontée de la collecte de l'assurance-vie en 2014, qui affecte positivement les délégations de gestion. La gestion financière en France d' OPC de droit étranger aurait quant à elle largement dépassé les 200 milliards d'euros, conséquence d'un renforcement de la distribution pour des clients non résidents et dans une certaine mesure des restructurations de gammes de fonds.

Dans un contexte de baisse des taux, les produits obligataires classiques ont connu des performances (12,7 milliards d'euros) et des souscriptions nettes record (18 milliards d'euros) dues en partie à un report de la demande en provenance des fonds monétaires. De même, les clients de la gestion française ont bénéficié d'effets de marché globalement positifs qui ont soutenu la valorisation des fonds actions et orientés actions, cependant toujours en décollecte même si c'est à un rythme plus faible.

En 2014, on a observé une stabilisation à un très faible niveau historique des placements financiers des ménages, l'accroissement des souscriptions nettes des produits assurance vie compensant la plus faible appétence pour l'épargne réglementée, à l'exception du PEL. En revanche, les valeurs mobilières, y compris les titres des OPC, sont toujours en nette décollecte.

Dans cet environnement, en s'appuyant notamment sur une internationalisation croissante de leurs clientèles, certaines sociétés de gestion ont bien tiré leur épingle du jeu et réalisé une bonne collecte en particulier sur des fonds long terme.

Le nombre de sociétés de gestion de portefeuille (SGP), avec 39 créations brutes en 2014, a continué de croître et atteindrait désormais 638 unités contre 613 fin 2013. Cette croissance est due en grande partie à la création de sociétés de gestion en réponse à l'entrée en vigueur de la directive AIFM et concerne majoritairement des SGP immobilières, de titrisation, forestières et de capital investissement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant