Le Japon à la peine face à la montée du yen

le
0
LA MONTÉE DU YEN INQUIÈTE LES AUTORITÉS JAPONAISES
LA MONTÉE DU YEN INQUIÈTE LES AUTORITÉS JAPONAISES

TOKYO (Reuters) - Le Japon se dit prêt à prendre des mesures pour contrôler la hausse du yen mais ses moyens paraissent limités.

Les responsables du gouvernement multiplient depuis quelques jours les avertissements à l'adresse des spéculateurs qui poussent la devise japonaise vers le haut.

Le ministre des Finances, Taro Aso, a jeté son poids dans la bataille en déclarant vendredi que des mouvements trop rapides du yen n'étaient pas souhaitables et que les autorités se tenaient prêtes à agir si nécessaire.

Mais ces déclarations n'impressionnent pas les acteurs du marché qui sont nombreux à parier que les autorités n'interviendront pas tant que le dollar ne sera pas tombé sous les 105 yens, voire sous les 100 yens.

Le dollar a touché jeudi un creux de 17 mois face à la devise japonaise, à 107,67 yens, après la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale qui confirme que la banque centrale américaine veut avancer avec prudence sur la voie du resserrement.

Les moyens d'intervention du Japon sont limités en outre par un accord au G20 de Shanghai en février mettant en garde les pays contre des dévaluations compétitives, font valoir des économistes.

Malgré les déclarations récentes de responsables gouvernementaux, Naoyuki Shinohara, ancien directeur général adjoint du Fonds monétaire international, estime peu probable une intervention du Japon sur le marché des changes.

"Je ne pense pas qu'une intervention des autorités japonaises serait efficace (...) et je serais très surpris qu'il y en ait une", a-t-il dit à Reuters.

"Il est difficile de trouver des raison justifiant une intervention maintenant", a-t-il ajouté

(Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto; Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant