Le gouvernement lâche sur la réduction des dépenses !

le
24
La France met la réduction des déficits entre parenthèse.
La France met la réduction des déficits entre parenthèse.

Le gouvernement est-il déjà en train d'abandonner son objectif de 50 milliards de dépenses avant même d'avoir commencé à l'appliquer ? Ça en a tout l'air. Mardi, Michel Sapin a confié à l'Agence France-Presse (AFP) qu'il ne pourrait pas tenir l'objectif de réduction des dépenses de 21 milliards d'euros pour 2015 à cause de la faible inflation à laquelle est confrontée la zone euro. Car lorsque le gouvernement parle d'économies, il ne s'agit que d'économies par rapport à l'évolution naturelle des dépenses qui gonflent mécaniquement d'année en année à cause de leur indexation sur l'inflation. "L'année prochaine par exemple, là où sur une hypothèse d'inflation de 1,5 %, on faisait au-delà d'un milliard d'économies, par le seul gel de prestations, aujourd'hui ces économies sont remises en cause", explique le ministre des Finances dans une interview à l'AFP. En août, les prix n'ont progressé que de 0,5 % dans l'Hexagone. "Circonstances exceptionnelles"Paris avoue donc qu'il va relâcher considérablement son effort pour réduire les déficits l'année prochaine. L'objectif, fixé pas plus tard qu'en avril dernier, devait contribuer au retour en dessous de 3 % de déficit public à la fin de l'année prochaine. Faute d'une croissance suffisante, le gouvernement avait déjà annoncé qu'il ne pourrait pas revenir sous la barre fatidique fixée par les traités européens. Mais c'est la première fois qu'il avoue qu'il ne tiendra pas non plus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le mercredi 3 sept 2014 à 10:31

    Bon voyage à Bruxelles pour MrPasin

  • b.renie le mercredi 3 sept 2014 à 09:12

    Il faut manier les ciseaux dans les effectifs de la fonction publique pour arrêter le déficit qui crée de la dette : la drogue qui est en fait un baril de poudre qui conduit la France à une situation à la grecque. Les socialistes font le malheur des gens.

  • M2711013 le mercredi 3 sept 2014 à 08:51

    Ainsi les sacrifices imposés aux classes moyennes n'auront servi qu'à enrichir les banquiers et les politiques ???? dans un pays normal ça justifierait grandement une révolution, mais bof... on est en France...

  • M2711013 le mercredi 3 sept 2014 à 08:50

    Mais où sont alors passé les milliards d'euros récupérés sur les salariés, les retraités, les entreprises ??? Le socialisme est vraiment la plus vaste arnaque des temps modernes !!!

  • pascalcs le mercredi 3 sept 2014 à 07:47

    Ne vous en faites pas. Tout cela, c'est la faute de l'Allemagne. Nos courageux politiques dans toute leur splendeur. Eh oui, 30 ans de betises cela laisse des traces sur l'organisme. Maintenant c'est les urgences qui guettent.

  • phildesf le mardi 2 sept 2014 à 22:35

    Je commence à penser que nous sommes témoins d'un saboRdage du PS pour refiler le mer.dier à l'UMP et revenir comme des fleurs en 2017. Autre possibilité, provoquer Bruxelles pour prendre à témoin le bon populo de gauche et du FN que l'Europe ce sont des méchants qui ne font rien qu'à nous embêter...

  • soulamer le mardi 2 sept 2014 à 22:23

    Manquait plus que Trieweller qui raconte sa vie de coque a l'elysee mdr monsieur normal

  • AKicker le mardi 2 sept 2014 à 22:15

    Bref, tout ça on le savait déja depuis l'annonce initiale.

  • glitzy le mardi 2 sept 2014 à 21:35

    S'ils veulent faire de vrais économies, faut demander aux britanniques comment faireRestructuration en profondeur des administrations etc

  • remimar3 le mardi 2 sept 2014 à 21:33

    Ça sent la sapin pour les socialos.