Le Crédit Coopératif renforce son engagement pour une économie durable

le
0

(NEWSManagers.com) -

Fidèle à son engagement au service d'une économie durable, le Crédit Coopératif devrait prochainement publier une grille de notation attestant de sa qualité de banque " durable" , a indiqué le 15 mars Jean-Louis Lancel, président du groupe Crédit Coopératif, à l'occasion de la présentation des résultats annuels.

La GABV ou Global Alliance for Banking on Value, l'association de 28 banques durables dans le monde, dont le Crédit Coopératif, engagées pour une finance responsable, a en effet élaboré une grille de notation pour évaluer ce qu'est une banque " durable" sur la base de six principes. Au coeur de ces principes, le financement de l'économie réelle et de nouveaux modèles d'entreprise, le développement de relations de long terme avec la clientèle et l'inscription des activités dans une logique de long terme, ainsi qu'une gouvernance transparente et participative.

Le Crédit Coopératif a travaillé sur une synthèse de cette grille et devrait donc être en mesure de publier l'intégralité des données sur son site internet. Mais sans attendre cette évaluation, le groupe a oeuvré l'an dernier pour une la promotion d'une épargne responsable avec le lancement du livret Rev3, autrement dit le Livret Troisième génération industrielle, pour financer des projets d'entreprises liés à la troisième révolution industrielle dans la région Nord-Pas de Calais. Ce nouvel outil affichait un encours de 10,5 millions d'euros fin 2015. Dans la même veine, le Crédit Coopératif veut créer cette année le livret " Coopération pour ma région " , qui permettra aux épargnants de soutenir le développement de l'économie sociale et solidaire dans la région métropolitaine de leur choix.

L'an dernier, le groupe a enregistré un produit net bancaire en recul de 2,4% à 401 millions d'euros. Les frais généraux ont augmenté d'un peu plus de 4% à 314,3 millions d'euros en raison de nouvelles taxes bancaires européennes, du chantier de rénovation des agences et des dépenses exceptionnelles liées à la mise en place d'un nouveau système informatique. Le résultat brut d'exploitation a baissé de 20,5% à 86,7 millions d'euros et le résultat net s'inscrit à 37,8 millions d'euros (-31,2%). En incluant les encours d'OPC sous gestion ou souscrits par les clients, la collecte globale d'épargne a progressé de 6,3% en 2015 à presque 20 milliards d'euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant