Le Brent plonge dans le sillage des marchés chinois

le
0
    SINGAPOUR, 7 janvier (Reuters) - Les cours du pétrole ont 
dégringolé jeudi de plus de 5%, à des niveaux inconnus depuis 
près de 12 ans, l'accélération de la dépréciation du yuan 
orchestrée par Pékin et la chute de la Bourse de Shanghai ayant 
déstabilisé l'ensemble des marchés.  
    Les craintes concernant la demande chinoise s'ajoute au 
déséquilibre persistant entre une offre abondante et une demande 
atone, déséquilibre qui a fait plonger de 70% les cours de l'or 
noir depuis son dernier pic de juin 2014.   
    La Chine a laissé sa devise glisser jeudi, provoquant une 
chute de plus de 7% de la Bourse de Shanghai et fragilisant 
l'ensemble des devises de la région alors que le yuan offshore 
 CNH=D3  est tombé à son plus bas niveau depuis sa création en 
2010.   
    Le plongeon de Shanghai a déclenché en moins d'une 
demi-heure, comme lundi, l'activation des tout nouveaux 
"coupe-circuits" mis en place après le krach de l'été. 
  
    Reflétant la faiblesse constatées sur l'ensemble des marchés 
financiers, le Brent mer du Nord  LCOc1  abandonne encore plus 
de 4% à 32,87 dollars le baril vers 08h55 GMT, après avoir perdu 
plus de 5% à 32,16 dollars, un niveau inconnu depuis avril 2004. 
    Aux Etats-Unis, le contrat future du brut léger West Texas 
Intermediate (WTI)  CLc1  a également perdu jusqu'à plus de 5% à 
32,10 dollars le baril, au plus bas depuis fin 2003, avant de 
remonter à 32,60 dollars (-4%) vers 09h00 GMT. 
    "Avec un excédent de production d'un million de barils par 
jour (sur la demande) et très peu de signes annonçant une 
réaction rationnelle du côté de l'offre, ce n'est pas étonnant 
d'avoir à nouveau des pressions (à la baisse)", dit Michael 
McCarthy, responsable de la stratégie chez CMC Markets à Sydney. 
    Les analystes ajoutent que les tensions croissantes entre 
l'Arabie saoudite et l'Iran pèsent aussi sur le brut.  
    "Les deux pays vont utiliser au maximum leurs capacités de 
production de pétrole pour accroître leur part de marché aux 
dépens de l'autre, surtout avec le retour de l'Iran sur le 
marché mondial suite à l'accord sur le nucléaire", selon ING. 
    Face à la faiblesse de la croissance mondiale liée au 
ralentissement en Chine, les analystes jugent que les 
perspectives restent sombres pour une bonne part de l'année.  
    "Nous pensons que le niveau de 30 dollars est un plancher 
mais quand les positions sont si radicales, tout peut arriver", 
dit Virendra Chauhan, analyste chez Energy Aspects à Singapour. 
    L'augmentation persistante des stocks de pétrole aux 
Etats-Unis pèse aussi sur les cours, soulignent les analystes.  
    La nouvelle chute de l'or noir pèse sur les valeurs liées à 
l'énergie. En Europe, l'indice sectoriel  .SXEP  perd 4,86% vers 
09h45 GMT, avec notamment un recul de 4,36% de Total  TOTF.PA , 
de 2,95% d'Eni  ENI.MI , de 4,34% BP  BP.L , de 5,17% de Statoil 
 STL.OL  et de 5,96% de Repsol  REP.MC . 
     
 
 (Florence Tan and Jacob Gronholt-Pedersen; Juliette Rouillon 
pour le service français, édité par Patrick Vignal) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant