La Suisse échappe à la récession au deuxième trimestre (Swiss Life AM)

le
7

La Suisse avait surpris les marchés en supprimant le taux plancher par rapport à l'euro le 15 janvier 2015.
La Suisse avait surpris les marchés en supprimant le taux plancher par rapport à l'euro le 15 janvier 2015.

La décision de la Banque Nationale Suisse en janvier dernier avait surpris les marchés. Pourtant les conséquences sur l’économie helvétique ont été apparemment moins négatives qu’anticipé explique Marc Brütsch, chef économiste du groupe Swiss Life.

 La Suisse n’est pas en récession. Vendredi 28 août, le pays a publié un PIB en hausse de 0,2% au deuxième trimestre. Au premier trimestre, le PIB de la Confédération helvétique avait reculé de 0,2%. Le chiffre de vendredi constitue plutôt une bonne surprise car la plupart des économistes interrogés attendaient officiellement la publication d’un PIB légèrement négatif, ce qui mécaniquement aurait constitué l’entrée en récession du pays (deux trimestres consécutifs de baisse du PIB). Nous attendions de notre côté un chiffre stable.

La reprise européenne produit donc ses effets sur l’économie suisse. L’impact de la décision de la Banque nationale suisse (BNS) du 15 janvier 2015 semble également estompé. Pour rappel, la BNS avait décidé de mettre fin brutalement au taux plancher de 1,20 franc Suisse par rapport à l’euro, une mesure instaurée en septembre 2011 pour limiter l’appréciation de la devise helvétique par rapport à la monnaie européenne.

Conséquences de la décision de la BNS du 15 janvier 2015

Le maintien de ce taux plancher s’avérait de plus en plus difficile pour la BNS alors que la BCE s’apprêtait à lancer son plan de quantitative easing (QE). En injectant des avalanches de liquidités sur les marchés pour stimuler le crédit en zone euro, la Banque centrale européenne poussait la devise européenne à la baisse et aurait rendu le maintien de ce taux plancher plus délicat. Il faut également rappeler que cet arrimage à l’euro rencontrait de vives critiques de  la part de la population et des forces vives du pays. Certaines entreprises suisses réalisent une partie substantielle de leur activité en dollars américains ou en livres sterlings et se retrouvaient pénalisées par cette parité forcée du franc suisse « collé » à l’euro. Un sondage avait montré que 56% des Suisses approuvaient la fin de cette parité fixe.

Par ailleurs, l’amélioration de la situation économique en Europe rendait la suppression de la mesure plus facile à prendre. Plus personne au début de l’année ne tablait sur un retour de la récession en Europe, ce qui limitait le risque de chute de la devise européenne par rapport au franc suisse.

Depuis la suppression de ce taux plancher forcé, la devise helvétique ne s’est apprécié que d’environ 10% par rapport à l’euro. Cette appréciation de la devise a entraîné une baisse des prix des biens importés, facteur déflationniste, mais elle a renchéri les exportations du pays. Les importations de la Suisse vers la zone euro dépassant les exportations, l’appréciation de la monnaie helvétique a donc produit certains effets positifs sur l’économie et sur les marges des entreprises suisses. La Suisse est habituée depuis les années 1970 à connaître une appréciation régulière de sa devise, compte tenu de la stabilité du pays et en l’absence de tensions inflationnistes. Les entreprises suisses doivent composer avec une monnaie chère en améliorant sans cesse leur productivité.

Révision en hausse du PIB 2015 mais prudence pour 2016

La bonne surprise du deuxième trimestre est venue un peu plus tôt que nous ne l’avions anticipé mais dans les proportions que nous avions calculées pour le premier semestre. Aussi cela nous amène à réviser en hausse notre prévision de croissance du PIB cette année à 0,8% (vs. 0,6% auparavant). Toutefois, nous considérons que la prudence s’impose et que la Suisse pourrait connaître en 2016 une croissance plus faible. Le contexte international a changé même si les conséquences du ralentissement chinois sur l’économie suisse devraient être limitées. En revanche, la Suisse devrait souffrir d’une légère hausse du chômage. Nous attendons désormais +0,7% de croissance pour l’an prochain. A ce titre, nous sommes plus pessimistes que le consensus des économistes qui table sur une croissance de +1,2%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.mario3 le jeudi 3 sept 2015 à 10:01

    Ben voilà la Suisse avec une croissance égale ou inférieure à celle de la zone euro... pas de quoi pavoiser. Mais bon la BNS a du Apple en portefeuille...

  • Abi04 le jeudi 3 sept 2015 à 07:02

    Ce n'est pas que ce pays est meilleur que les autres !! C'est simplement que la démocratie fonctionne que les emprunts sont remboursé !! Les 35 heures sont inconnu et surtout le peuple n'est pas dirigé par des A..... ou des incompétents sinon ont les virent ! C'est très simple et plus que logique comme fonctionnement...... A bon entendeur.

  • Fricouil le mercredi 2 sept 2015 à 21:02

    oui, lapsus révélateur. on peut donc interpréter comme on veut selon les intérêts des constructeurs ou des banques.

  • damirov le mercredi 2 sept 2015 à 20:23

    " Les importations de la Suisse vers la zone euro.." ??

  • roland68 le mercredi 2 sept 2015 à 17:17

    la suisse devrait passer au 35 heures ... voila un bon moyen de ralentir un pays qui marche trop bien

  • a.guer le mercredi 2 sept 2015 à 12:36

    mais, M866, ce pays est effectivement meilleur que les autres !

  • M8660059 le mercredi 2 sept 2015 à 11:31

    Une fois de plus, c est la croissance de l europe qui va soutenir ce pays qui va une fois de plus se vanter d etre meilleur que les autres