La rotation de l'obligataire vers les actions se poursuit

le
1

(NEWSManagers.com) - Ces derniers jours, les investisseurs n'ont pas trouvé beaucoup de raisons de modifier leur point de vue. Confrontés aux derniers méandres de la crise grecque et à la poursuite de la correction du marché boursier chinois, les investisseurs ont poursuivi leurs arbitrages en faveur des actions. Les fonds actions, toutes zones géographiques confondues, ont ainsi attiré 4,6 milliards de dollars durant la semaine au 24 juin, selon des données de Bank of America Merrill Lynch Global Research publiée le 26 juin qui reprend des données du cabinet de recherche EPFR Global.

Dans le détail, les fonds dédiés aux actions européennes ont enregistré des souscriptions nettes pour la onzième semaine consécutive avec une collecte de 3,4 milliards sur la période. Les fonds dédiés aux actions japonaises ont engrangé pour leur part 3 milliards de dollars.

Les fonds actions émergents ont terminé la semaine au 24 juin sur une collecte nette de 1,7 milliard de dollars. Seule exception, les fonds d'actions américaines ont subi leur première décollecte hebdomadaire en quatre semaines, pour un montant de 4,6 milliards de dollars. Depuis le début de l'année, les sorties nettes sur les fonds d'actions américaines atteignent 109 milliards de dollars alors que les entrées sur les fonds d'actions européennes et japonaises totalisent 95 milliards de dollars.

Les fonds obligataires dans leur ensemble ont de leur côté subi une décollecte de 3,8 milliards de dollars durant la semaine au 24 juin. Les fonds les plus exposés à la dette européenne ont été les plus touchés, à commencer par les fonds spécialisés sur les obligations européennes qui ont affiché une décollecte de l'ordre de 3 milliards de dollars. Les fonds d'obligations internationales ont fait l'objet de rachats nets pour montant d'environ 2 milliards de dollars.

Les fonds monétaires ont terminé la semaine sur des rachats nets pour un montant de 4,1 milliards de dollars.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le lundi 13 juil 2015 à 10:29

    C'est evident: des sociétés ultra fortes donnent des dividendes stables très au dessus des taux d'Etats (pourris) et de l'obligataire privé. Si on a le temps l'arbitrage est très attractif.