La pépite de l'agriculture 2.0

le
1
Présente au Salon de l'agriculture qui s'ouvre aujourd'hui à Paris, l'entreprise Agriconomie emploie 26 personnes et réalise un chiffre d'affaires d'un million d'euros par mois.
Présente au Salon de l'agriculture qui s'ouvre aujourd'hui à Paris, l'entreprise Agriconomie emploie 26 personnes et réalise un chiffre d'affaires d'un million d'euros par mois.

Dans un paysage agricole en pleine désolation, ils font figure d'exception. Paolin Pascot, Clément Le Fournis et Dinh Nguyen, fondateurs d'Agriconomie, en janvier 2014, ne semblent pas connaître la crise. Ces trois jeunes entrepreneurs sont, de fait, en passe de transformer leur site marchand en une véritable place de marché dédiée au monde agricole.

Leur aventure commence à l'été 2013 lorsque le père de Clément, lui-même agriculteur dans La Marne, cherche à acheter des engrais sur Internet. Il constate vite qu'il lui est impossible de trouver un site qui propose ce service sur la Toile ! Avec un ami d'enfance (Paolin) qui a fait, comme lui, HEC et dont le père a également une ferme à quelques kilomètres de là, sur la même commune de Coole, Clément décide donc de créer une plateforme d'achat online.

Les deux garçons de 23 et 27 ans s'associent à un troisième larron, d'origine vietnamienne (Dinh), pour lancer un site à mi-chemin du Bon Coin et d'Amazon. Leur plateforme ne tarde pas à séduire les paysans à la recherche de semences ou de pièces détachées pour leurs engins mécanisés.

En moins de 2 ans, plus de 3 000 exploitants s'inscrivent sur leur plateforme qui propose désormais à la fois produits phytosanitaire, matériels d'élevage, vêtements spécialisés et même de l'appareillage viticole. Les résultats financiers de leur premier exercice dépassent leurs espérances. Avec deux millions...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme le samedi 27 fév 2016 à 09:32

    Il est sur qu'il est plus facile de marchander via internet que de travailler la terre. Plus facile d'utiliser les outils internet que d'aller convaincre les paysans sur place....De prendre des commandes sans délais de paiment ...d'oublier le paysan qui ne sait plus ou acheter ( faute de crédit fournisseur ) .... Ils vont mourir plus tard sans compassion car ils auront obtenu un meilleur prix. Est ce le prix necesssaire à payer pour que les choses bougent...probablement.