La nouvelle fronde d'Arnaud Montebourg

le
52
Arnaud Montebourg et François Hollande en juillet dernier. Photo d'illustration.
Arnaud Montebourg et François Hollande en juillet dernier. Photo d'illustration.

Son discours tranche - encore - avec celui du couple exécutif. Le ministre de l'Économie appelle, dans un entretien explosif au Monde, à "faire évoluer nos choix politiques". "Nous devons apporter des solutions alternatives", réclame Arnaud Montebourg, selon qui "il faut donner la priorité à la sortie de crise et faire passer au second plan la réduction dogmatique des déficits, qui nous conduit à l'austérité et au chômage".Dimanche dernier, c'est pourtant un tout autre son de cloche que faisait entendre Manuel Valls : devant une croissance nulle, il était "hors de question" de changer de politique. Le Premier ministre allait même jusqu'à qualifier d'"irresponsables" ceux qui appelaient, à gauche, à la mise en place d'une stratégie différente."Une aberration économique"Au cours de l'interview publiée par le quotidien, le ministre détaille le fond de sa pensée. "Aujourd'hui, la réduction à marche forcée des déficits est une aberration économique, car elle aggrave le chômage ; une absurdité financière, car elle rend impossible le rétablissement des comptes publics ; et un sinistre politique, car elle jette les Européens dans les bras des partis extrémistes", affirme-t-il. Arnaud Montebourg souhaite également que la France "hausse le ton" face à Angela Merkel. "Nous ne pouvons plus nous laisser faire", tance-t-il. "Si nous devions nous aligner sur l'orthodoxie la plus extrémiste de la droite allemande, cela [...] signifierait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le lundi 25 aout 2014 à 07:57

    Vous postez bien les propos irresponsables de personnages sans sgrupules.

  • M3366730 le dimanche 24 aout 2014 à 20:59

    Il faut que ces deux sinistres puisqu'ils sont en désaccord avec le GvT prennent simplement la décision de démissionner, non ! C'est quand même étrange que ce sont les plus imcompétents, improductifs qui veulent donner le là en France : Hamon, Montebourg, Du flop, etc...., ne serait-il pas plus cohérent d'écouter l'avis de ceux et celles qui créent et son productifs et pas des cigales ?

  • mucius le dimanche 24 aout 2014 à 18:42

    Les Français qui n'ont pas le courage de faire face aux problèmes actuels de surendettement imaginent qu'une sortie de l'euro leur évitera de se mettre au travail pour rembourser leurs dettes. Ils suivront tous les démagogues qui leur promettront un avenir de subventions, d'aides et d'emplois de fonctionnaires. Ce pays est foutu c'est clair. Vivement que les marchés agissent et fassent plonger la dette française! Un crédit vous engage et doit être remboursé!

  • M8252219 le dimanche 24 aout 2014 à 18:31

    le système social français est mort RETOUR À LA RESPONSABILITÉ PERSONNELLE DES CITOYENS. Cette responsabilité que les gouvernements depuis Mitterrand ont tenter de nous enlever par des "friandises" du genre (droits acquis)pas de cotisation chômage, promotion automatique à l'ancienneté, pas de jour de carence en arrêt maladie,une prime pour ceux qui n'en n'ont pas encore,pour la seule catégorie de salariés ceux du secteur publique

  • 82554976 le dimanche 24 aout 2014 à 17:21

    Distribuons encore plus de l'argent pour acheter des produits chinois , le système sera sauvé !! Bravo Arnaud , tu es financé par Pékin ???

  • EuropeGa le dimanche 24 aout 2014 à 14:59

    @jean.coq Je crois que vous ne mesurez pas très bien l'immense bénéfice que pourrait apporter à la France la réappropriation de sa gestion monétaire : retour de la croissance, diminution du chômage, redressement de la balance commerciale. Notre économie redeviendrait dynamique et prospère.

  • EuropeGa le dimanche 24 aout 2014 à 14:50

    @jean.coq J'ai connu le temps dont vous parlez, avec des dévaluations. On a appelé cette période les trente glorieuses, période où la France se portait très bien et où notre économie était en pleine santé.

  • EuropeGa le dimanche 24 aout 2014 à 14:48

    Concernant la facture pétrolière, vous savez que le prix à la pompe est constitué essentiellement de taxes d'état, taxes qui ne sont pas sensibles à une dévaluation éventuelle.

  • EuropeGa le dimanche 24 aout 2014 à 14:46

    @jean.coq Le taux d'emprunt dont peut bénéficier un pays ne dépend pas de sa monnaie mais de la qualité de son économie. Les investisseurs ont confiance dans l'économie du pays ou il n'ont pas confiance. D'ailleurs, dans la même zone euro, vous trouvez des taux d'emprunt très différents. Cela ne dépend donc pas de la monnaie.

  • jean.coq le dimanche 24 aout 2014 à 14:08

    EiropeGa - avez vous connu le temps des dévaluations à répétition et des taux à 2 chiffres devant la virgule? Les seuls qui ont vraiment profité de ce temps, ce sont les "frontaliers" qui voyaient leurs revenus en Francs augmenter chaque mois.