«La France ne respectera pas ses baisses de dépenses publiques, et c'est tant mieux !»

le
1
DR
DR
(lerevenu.com) - Le gouvernement a-t-il raison de mettre l'accent sur la baisse du coût du travail?? Patrick Artus?: Il est frappant de voir à quel point le partage des revenus se déforme partout en faveur des profits et au détriment des salaires, que ce soit aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas, et désormais en Espagne et en Italie. Partout, sauf en France?! Dans l'Hexagone, les salaires augmentent plus vite que la productivité depuis la fin des années 90. Cette évolution résulte du fonctionnement du marché du travail, où il y a une déconnexion entre la situation économique et les négociations salariales, menées par des syn­dicats nationaux (et non par branche comme en Allemagne). Et en période de récession, l'ajustement ne se fait pas par les salaires mais au détriment de l'emploi précaire (intérim, CDD?), qui représente 25% des salariés. L'ampleur annoncée de la baisse des prélèvements pour les entreprises est-elle suffisante pour changer la donne ? Patrick Artus?: L'enveloppe globale comprend 20 milliards de crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice), déjà en place, 10 milliards de baisse des char­ges dans le cadre du pacte de responsabilité et 6 milliards liés à la suppression de la C3S, un impôt basé sur le chiffre d'affai­res. Au total, cela représente 36 milliards d'euros, soit une baisse de 5% du coût du travail (au sens large). C'est déjà pas mal. Mais il faudrait une réduction

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nanard83 le vendredi 16 mai 2014 à 11:15

    Passé un certain âge , on devrait être obligatoirement à la pêche , car les neurones baissent beaucoup ( mettons 72 ans )Celui-ci doit les avoir dépassés