La Bourse de Shanghai résiste bien malgré les mauvaises statistiques économiques

le , mis à jour à 11:26
0

La bourse de Shanghai reste stable malgré les mauvais indicateurs économiques.
La bourse de Shanghai reste stable malgré les mauvais indicateurs économiques.

Les principaux indices boursiers chinois sont restés calmes malgré la publication de nouvelles statistiques mitigées mardi 13 et mercredi 14 octobre. Pourtant, les opérateurs sont assez fébriles sur le marché japonais et européen. L’observation peut surprendre.

Mercredi 14 octobre, les indices européens ont ouvert en baisse, sur fond de statistiques toujours mitigées en Chine.

L’inflation chinoise, qui reste positive, n’a été que de +0,1% en septembre par rapport à août (contre +0,5% attendu), et  +1,6% en rythme annuel, alors que le même chiffre était encore de 2% le mois précédent. Les chiffres sont interprétés comme une confirmation supplémentaire du ralentissement chinois. La dynamique chinoise ralentit au point que le pays affiche une inflation semblable à celle des pays de l’Union européenne.

La veille, c’était notamment le très mauvais chiffre des importations chinoises (-20% en rythme annuel) qui pénalisait également les marchés.

Plus exactement, ces chiffres ont pénalisé la plupart des marchés, mais le marché chinois a paradoxalement été plutôt épargné. Mercredi, Shanghai s’est contractée de seulement 0,93%, tandis que Shenzhen a perdu 1,2%. Mais la veille, Shanghai avait progressé de 0,2%, et Shenzhen de 1,05%, résistant parfaitement à l’annonce de la chute des importations chinoises.

Pourtant en Asie, le Nikkei japonais accuse le coup : -1,11% mardi, -1,89% mercredi. En Europe, l’Eurostoxx 50 a perdu 0,80% mardi, et perdait encore 0,70% mercredi en matinée. Le CAC40 affiche des baisses respectives de 0,97% et 1%, baissant donc davantage que les indices chinois eux-mêmes.

Le mouvement n’apparaît pas logique, en considérant que ce sont bien les statistiques chinoises qui pénalisent les marchés « développés ». Avec davantage de recul, on observera les éléments suivants : premièrement, les marchés chinois ont beaucoup perdu de leur volatilité depuis début septembre, ce qui est relativement rassurant ; deuxièmement, les marchés chinois suivent une légère tendance haussière depuis la fin septembre. Ce mouvement peut être vu comme un rebond tardif après la chute de 20% des marchés chinois en août.

À noter également que les mesures prises par les autorités chinoises depuis l’été (nombreuses restrictions à la vente de titres) peuvent également participer à un relatif soutien coercitif du marché chinois. Plus généralement, une chose reste vraie depuis cet été : les marchés chinois évoluent de manière peu rationnelle et très peu lisible, comme l’évoquait dernièrement Laetitia Baldeschi (CPR AM) dans nos colonnes (lire l’article).

Dans ce contexte, il restera intéressant de surveiller l’évolution des indices chinois vis-à-vis des prochaines publications économiques du pays. La résistance des indices chinois évite probablement un impact négatif sur la psychologie des investisseurs, comme cela fut le cas cet été. Pour autant, il reste difficile de savoir si une rechute des indices du pays entraînerait les indices européens dans leur sillon : historiquement, le marché chinois fonctionne plutôt en autarcie par rapport aux autres grandes places mondiales, mais la corrélation entre la bourse de Shanghai et les autres grands indices boursiers s’est accrue depuis l’été.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant