La BdF abaisse sa prévision de croissance trimestrielle à 0,2%

le
2
LA BANQUE DE FRANCE TABLE SUR UNE CROISSANCE DE 0,2% AU 2E TRIMESTRE
LA BANQUE DE FRANCE TABLE SUR UNE CROISSANCE DE 0,2% AU 2E TRIMESTRE

PARIS (Reuters) - La Banque de France a abaissé mercredi de 0,1 point à +0,2% sa prévision de croissance de l'économie française au deuxième trimestre 2015, dans sa troisième et dernière estimation fondée sur son enquête mensuelle de conjoncture de juin.

De son côté, l'Insee anticipe une croissance de 0,3% pour la période avril-juin, soit un net ralentissement par rapport à celle de 0,6% enregistrée au premier trimestre.

L'enquête de la Banque de France sur le mois de juin fait apparaître un recul d'un point de l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie, à 98. Celui du secteur des services s'inscrit en revanche en progression d'un point à 96 tandis que celui du secteur du bâtiment est stable à 93.

Pour l'industrie, les chefs d'entreprise interrogés font état d'une progression moins rapide de l'activité, la plupart des secteurs marquant le pas, à l'exception des matériels de transport, très dynamiques.

Les livraisons ralentissent, les effectifs reculent légèrement et les prix des produits finis diminuent.

Le taux d'utilisation des capacités de production remonte légèrement à 77,2% contre 76,9% le mois précédent.

Selon les chefs d'entreprise, la production devrait s'accroître en juillet.

Dans les services, l'activité a accéléré dans quasiment tous les secteurs et sa hausse devrait se poursuivre en juillet.

Pour le bâtiment, l'activité a enregistré une légère progression, surtout dans le second oeuvre, mais les chefs d'entreprise du secteur jugent les carnets de commandes à peine corrects et prévoient une stabilité de l'activité en juillet.

(Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppsoft le mercredi 8 juil 2015 à 10:47

    Produisons, produisons. Consommons, consommons. Croissance, croissance ! Au diable les économies de ressources et d'énergie, ce qui compte c'est les sous. Toujours plus de sous, on aime les sous. Nous devons nous munir des outils monétaires et financiers adaptés à une économie de maintenance, et non de croissance, car c'est la réalité désormais.

  • tallweg le mercredi 8 juil 2015 à 09:14

    On ne devrait plus faire de prévisions quand le trimestre est déjà terminé, ça laisse une impression de "pari stupide", comme dirait un écrivain-poète ... Il y a d'autres choses plus réelles à faire en économie et notamment de créer des emplois.