"La BCE pourrait vouloir précipiter certaines annonces" (Edmond de Rothschild AM)

le , mis à jour à 12:31
4

Les marchés progressent jeudi matin alors que les annonces de la BCE devraient être saluées par les marchés, explique Edmond de Rothschild AM.
Les marchés progressent jeudi matin alors que les annonces de la BCE devraient être saluées par les marchés, explique Edmond de Rothschild AM.

Les marchés actions montaient jeudi matin dans l’attente des annonces de la BCE sur ses taux à 13h45 suivies de la conférence de Mario Draghi à 14h30. Pour François Raynaud, gérant chez Edmond de Rothschild AM, la BCE devrait sortir le grand jeu.

Les investisseurs placent beaucoup d’espoirs dans la réunion de la BCE d’aujourd’hui. Ainsi, les marchés s’attendent à une action de grande ampleur de la part de la banque centrale, en référence aux récentes prises de parole de son président, Mario Draghi.

La BCE pourrait vouloir précipiter certaines annonces, avant de disposer d’une marge de manœuvre plus limitée, en raison des anticipations de remontée de l’inflation l’an prochain, liée principalement à un effet de base sur les matières premières. En effet, le mandat de l’institution repose essentiellement sur le soutien des prix.

La BCE pourrait abaisser son taux de dépôt d’au moins 10 points de base supplémentaires mais aussi annoncer une extension du programme d’achat d’actifs, en durée ou en volume. Les collectivités locales seraient susceptibles de devenir des émetteurs éligibles.

Des annonces favorisant l’achat de maturités plus longues, supérieures à 30 ans, la levée des clés de répartition par pays, des objectifs en matière de duration ou la possibilité d’acheter des émetteurs sur le crédit prendraient les investisseurs par surprise et augmenteraient matériellement la valeur sur ces segments de marché. Elles conduiraient à un aplatissement de la courbe des taux et un resserrement accru des spreads des entreprises ou des taux périphériques par rapport aux taux des pays cœurs.

Si la BCE parvient à ne pas décevoir les investisseurs, les marchés actions et obligataires devraient saluer les décisions prises ce jeudi, tandis que la dépréciation de l’euro se poursuivra.

La banque centrale, qui souhaite jouer un rôle de garde-fou, pourrait toutefois choisir de ne pas utiliser tout de suite l’ensemble des outils mis à sa disposition, dans l’attente de la décision de la Fed le 16 décembre. Elle sait qu’elle devra limiter au maximum l’effet de contagion de la hausse des taux américains en Europe. Dans l’intervalle, les investisseurs devront s’attendre à une forte volatilité.

François Raynaud, Gérant Allocation d’actifs & Dettes Souveraines chez Edmond de Rothschild AM

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lechypre le jeudi 3 déc 2015 à 12:06

    c bien, les banques centrales vont encore gagner du temps...mais l'addition sera plus salée^^

  • SM7 le jeudi 3 déc 2015 à 12:00

    La BCE semble basculer en mode ''panique'' pas très bon signe en tout cas.

  • dcabon le jeudi 3 déc 2015 à 11:59

    @M4358281: ne confondez pas émetteur éligible et émetteur (tout court) ! Cela veut dire que les émissions des collectivités locales deviendraient susceptibles d'être rachetées par la BCE et non que ces collectivités locales seront autorisées à émettre plus !

  • M4358281 le jeudi 3 déc 2015 à 11:53

    Les collectivités locales pourraient être "émetteurs" ..!! j'espère qu'il y aura du contrôle ...!!!