L'interview de Béryl Bouvier di Nota (OFI AM) : « Eurofins, Teleperformance et Plastic Omnium figurent parmi nos valeurs préférées »

le , mis à jour à 15:45
0

Objectif des fonds : déceler dans l'univers des small & midcaps les grandes valeurs de demain.
Objectif des fonds : déceler dans l'univers des small & midcaps les grandes valeurs de demain.

Dans l’univers des valeurs moyennes, Béryl Bouvier di Nota, responsable de la gestion actions Smid Cap (contraction de small et midcaps) chez OFI Asset Management, recommande des pépites françaises comme Eurofins Scientic, Teleperformance ou Plastic Omnium.

Vous gérez deux fonds consacrés aux small & midcaps : SSP OFI European Smaller Companies (valeurs européennes) et SSP OFI Euro Smaller Companies (valeurs de la zone euro). Quelles sont les caractéristiques de ces fonds ?

Béryl Bouvier di Nota : L’univers des small & midcaps est très large. A titre d’exemple, les small caps concentrent 80% des sociétés cotées mais seulement 20% de la capitalisation boursière. Nous nous concentrons plus particulièrement sur le segment des valeurs comprises entre 400 millions et 4 milliards d’euros de capitalisation. Notre objectif est de dénicher les valeurs rentables disposant du potentiel pour devenir les grandes valeurs de demain et qui ne sont pas encore reconnues à leur juste mesure par le marché. Nous n’avons pas de biais de style de gestion, sectoriel ou géographique mais nous évitons les petites valeurs qui n’ont pas dépassé la première phase d’amorçage de leur développement.

Le choix de vos valeurs n’est donc que faiblement influencé par l’évolution de la conjoncture macroéconomique ? C’est une gestion « bottom up » plutôt que « top down » ?

B.B.N : Oui mais nous restons toutefois attentifs à l’évolution de la conjoncture qui peut influer sur certains investissements. Par exemple, la baisse de l’euro par rapport au dollar favorise plutôt les valeurs moyennes exportatrices qui bénéficient de révisions de croissance des bénéfices à la hausse… Nous attendons à la fois une expansion des multiples de valorisation et des bénéfices.

Par exemple ?

B.B.N : La société allemande SLM Solutions, qui est spécialisée dans l’impression 3D au service de l’industrie, a pris de l’avance par rapport à ses concurrents. Ses clients se trouvent principalement parmi les fabricants et équipementiers automobiles ainsi que dans le domaine de l’énergie (fabrication des éoliennes). La plupart des acteurs cotés dans ce secteur sont américains et SLM Solutions est une vraie pépite européenne pas encore reconnue par le marché.

Des pépites françaises à mettre en portefeuille ?

B.B.N : Idem Eurofins Scientific qui figure parmi l’un des premiers opérateurs spécialisés dans l’analyse des produits alimentaires ou pharmaceutiques. La valeur reste très attractive.  Citons aussi Teleperformance qui profite de la baisse de l’euro ou l’équipementier Plastic Omnium qui s’est restructuré sur des produits phares. Le rapport de force entre constructeurs et équipementiers, traditionnellement en faveur des premiers au détriment des seconds, s’est inversé au cours des dernières années. Les équipementiers bien restructurés comme Plastic Omnium et qui profitent d’une réglementation favorable sont recherchés et publient des résultats très convaincants.

Propos recueillis par Julien Gautier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant