« L'envolée récente des bourses ne colle vraiment pas à la réalité économique » (Marc Touati)

le , mis à jour à 18:35
44

Pour l'économiste Marc Touati, le rebond boursier de la semaine ne correspond pas à l'orientation des publications macroéconomiques.
Pour l'économiste Marc Touati, le rebond boursier de la semaine ne correspond pas à l'orientation des publications macroéconomiques.

Malgré leur orientation mitigée vendredi 15 avril, les marchés vont clôturer la semaine en nette hausse, redonnant un nouvel élan au rebond entamé depuis le 11 février dernier. Pour Marc Touati, président d’ACDEFI, ce rebond ne correspond pourtant pas aux fondamentaux économiques.

Comme souvent, quelques graphiques valent mieux que de longs discours. Ainsi, l’évolution récente du Dow Jones et du Cac 40 confirme qu’un nouveau « bull market » et par là même une nouvelle bulle se sont bien installés depuis quelques semaines.

Les bourses flambent sans allumettes... Source : ACDEFI.
Les bourses flambent sans allumettes... Source : ACDEFI.

L’avènement de cette bulle boursière est notamment confirmé par l’évolution prévisible de la croissance mondiale pour 2016. Le FMI vient d’ailleurs de réviser sa prévision à 3,2 %, contre 3,6 % en octobre dernier.

Selon nos estimations, celle-ci devrait plutôt avoisiner les 2,4%, ce qui n’est certes pas catastrophique, mais loin derrière son niveau moyen de long terme (3,5% de 1980 à 2015) et surtout en contradiction avec la récente flambée boursière.

D’ailleurs, au-delà des dernières enquêtes de conjoncture qui confirment que la décélération mondiale est bien en marche, les indicateurs publiés cette semaine vont également dans ce sens.

Le Dow Jones ne colle plus à la réalité économique depuis un an. Source : ACDEFI.
Le Dow Jones ne colle plus à la réalité économique depuis un an. Source : ACDEFI.

C’est notamment le cas des ventes au détail aux Etats-Unis. Après avoir déjà reculé de 0,4% en janvier, puis stagné en février, celles-ci ont encore baissé de 0,3% en mars. En rechutant à 1,9% en mars, leur glissement annuel montre ainsi que la consommation des ménages américains reste faiblarde. Ce qui n’est évidemment pas de bon augure pour l’évolution du PIB des Etats-Unis.

Du côté de la Chine, le ralentissement en douceur a également été confirmé, puisque le glissement annuel du PIB est passé de 6,8% au quatrième trimestre 2015 à 6,7% au premier de 2016.

Si ce chiffre doit évidemment être pris avec des pincettes, il montre néanmoins que le yuan restera faible et que la guerre des devises continuera de sévir au moins jusqu’à l’été prochain, ce qui ne manquera évidemment pas de jouer à la baisse sur les marchés boursiers.

Certes, les glissements annuels de la production industrielle et des ventes au détail chinoises ont légèrement rebondi en mars. Ils atteignent respectivement 6,8% et 10,5%, contre 5,4% et 10,1% en janvier.

Petit rebond de la production industrielle et des ventes au detail chinoises. Source : ACDEFI.
Petit rebond de la production industrielle et des ventes au detail chinoises. Source : ACDEFI.

Pour autant, ces niveaux restent proches des planchers historiques et confirment que la croissance chinoise oscillera entre 6 et 6,5% sur l’ensemble de l’année 2016.

Enfin, n’oublions pas qu’en Chine, comme dans de nombreux pays, la déflation perdure sur le front des prix à la production.

Seul réconfort, le glissement annuel des prix à la consommation chinois (inflation) demeure positif à 2,3%. La déflation généralisée n’est donc pas d’actualité, mais la consommation n’est pas suffisamment vigoureuse pour susciter une vraie reflation.

Au total, compte tenu du « soft landing » chinois, de la décélération américaine et de la faiblesse de l’économie eurolandaise, les marchés boursiers demeureront fragiles et reprendront rapidement le chemin de la baisse.

Marc Touati, président fondateur du cabinet ACDEFI

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 il y a 8 mois

    Il a probablement raison.. mais pas sur le timing.. donc il a tort.

  • 72359112 il y a 8 mois

    Il sert à rien.Il a du rater la hausse.

  • guerber3 il y a 8 mois

    Relier la bourse à l' économie réelle, quand il y a 700000 mds de $ de produits dérivés " Junk bonds " est une aberration...! La bourse n' a qu' un but : sauver les banksters...!

  • pillotp il y a 8 mois

    Touati a toujours été pro us donc... (c'est plus politique qu'autre chose) mais surement pas économique qui est son métier je crois ou je me trompe ?

  • hornerd il y a 8 mois

    Autres questions intéressantes pour lesquelles j'aimerais bien avoir des réponses pour mieux comprendre :- quels est les liens ou intérêts entre notamment les journalistes Mme Riches-Flores, MM. Gaillègue et Touati et Boursorama (filiale de la Société Générale) ?- en l'absence de liens ou intérêts, pourquoi la rédaction de Boursorama publie régulièrement ce type d'articles négatifs de ces journalistes qui font penser comme l'a dit un autre lecteur ci-dessous à des tentatives de faire peur ?

  • M7346902 il y a 8 mois

    pauvre bear Touati, je me demande s il arrive à générer un salaire type smic chaque mois avec ses analyses toujours négatives

  • Beerbule il y a 8 mois

    Comme d hab Touati joue sur la peur pour faire parler de lui. C'est triste de voir comment le français se complaît à imaginer le pire, et donc comme des charlatans surfent sur cette vague pour se faire voir.

  • s.thual il y a 8 mois

    A être trop dans l erreur ces madame soleil ne sont plus crédibles, à sa décharge quand on consulté les medias dits spécialisés, y a de quoi se tordre,,,,,mais de douleurs..beaucoup parlent sans même connaître le métier sur lequel ils s expriment,ils en sont même dangereux,au même titre que certains robots toujours à l inverse des tendances...

  • hornerd il y a 8 mois

    De quel rebond s'agit-il ? Personnellement, je ne l'ai pas vu. Le CAC était à 5200 l'année passée, et nous en sommes à 4495 !Au vu de leurs écrits répétés, certains journalistes comme Mme Riches-Flores et MM. Gaillègue et Touati font preuve d'un défaitisme systématique. Dommage qu'ils ne concentrent pas plutôt leurs efforts à avancer des solutions.La bulle immobilière (voir les prix à Paris et encore à Londres) mériterait par contre leur attention.

  • fredgues il y a 8 mois

    Cet analyste lui n'a jamais vraiment collé avec le sens de la prospective économique et boursière : trop de ses prévisions se sont révélées être des contre-sens boursiers.... Toujours se préserver des conseillers de ce niveau qui sont davantage des journalistes que de véritables investisseurs !!