L'économie US justifierait une hausse en juin-Dudley (Fed)

le
0
    par Lindsay Dunsmuir et Richard Leong 
    WASHINGTON, 19 mai (Reuters) - L'économie des Etats-Unis est 
peut-être suffisamment solide pour justifier une hausse des taux 
d'intérêt en juin ou en juillet, a déclaré jeudi William Dudley, 
le président de la Fed de New York, au lendemain de la 
publication de "minutes" qui ont surpris les marchés par le ton 
résolument volontariste en faveur d'un resserrement monétaire. 
    La Réserve fédérale aura probablement à relever ses taux 
directeurs en juin si les indicateurs macro-économiques vont 
dans le sens d'une accélération de la croissance aux Etats-Unis 
au deuxième trimestre, d'un redressement de l'inflation et d'un 
raffermissement du marché du travail, montre le compte-rendu de 
sa dernière réunion publié mercredi.  * 
    "Nous sommes bien partis pour satisfaire bien des 
conditions" d'une hausse des taux, a dit William Dudley, 
ajoutant qu'il était plutôt "satisfait" que le marché ait 
réévalué cette semaine la probabilité d'une hausse des taux en 
juin. 
    Toutefois, cette probabilité n'était encore que de 26% jeudi 
sur le marché des futures de Fed funds contre 19% avant la 
publication du compte rendu. 
    La Fed a relevé les taux en décembre dernier, après les 
avoir maintenus près de zéro sept années durant pour aider 
l'économie américaine à repartir après une vive récession. 
    A 5%, le taux de chômage est proche de ce que la plupart des 
économistes considèrent comme une situation de plein emploi.  
    La croissance a ralenti à 0,5%, taux annualisé, au premier 
trimestre mais les derniers indicateurs économiques, ventes au 
détail, mises en chantier, production industrielle et 
inscriptions hebdomadaires au chômage de ce jeudi donnent à 
penser que l'activité économique a accéléré au début du deuxième 
trimestre. 
    En revanche, les conditions d'activité dans la région de 
Philadelphie se sont encore dégradées en mai contrairement aux 
attentes, a montré ce même jeudi l'enquête mensuelle de 
l'antenne locale de la Réserve fédérale. 
    Un décalage subsiste entre ce que la Fed laisse entendre, 
pour ce qui concerne le calendrier de la hausse des taux, et ce 
que le marché croit. En mars, la banque centrale avait indiqué 
que deux hausses auraient sans doute lieu cette année, mais 
l'évolution des futures sur Fed funds laisse penser que les 
investisseurs n'en attendent qu'une. 
    Le vice-président de la Réserve fédérale, Stanley Fischer, a 
pour sa part estimé jeudi que les Etats-Unis avaient besoin 
d'une croissance potentielle plus rapide pour relever le taux 
d'intérêt d'équilibre à long terme. 
    Le taux d'intérêt réel d'équilibre correspond au coût de 
l'emprunt associé à une inflation stable et au plein-emploi. Les 
responsables de la Fed ont besoin de l'estimer sur le long terme 
pour déterminer l'ampleur du resserrement de leur politique 
monétaire engagé en décembre. 
    "Ce dont nous avons le plus besoin, maintenant que nous 
sommes proches du plein-emploi et que nous approchons de notre 
objectif d'inflation, c'est d'une croissance potentielle plus 
rapide", a déclaré Stanley Fischer. 
    Il n'a rien dit sur la possibilité d'une hausse des taux en 
juin.  
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand 
Boucey) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant