L'économie du partage en plein boom

le
2
Le Revenu Hebdo no 1350. (© Le Revenu)
Le Revenu Hebdo no 1350. (© Le Revenu)

C’était à la mi-septembre. En bouclant une levée de fonds de 200 millions de dollars, le champion français du covoiturage Blablacar a rejoint le clan des «licor­nes», ces quelque 140 start-up de par le monde dont la valorisation dépasse le milliard de dollars avant même leur introduction en Bourse. Cette grande première pour une jeune pousse française a autant agité la rentrée économique dans le pays que la fulgurante ascension des américains Uber et Airbnb observée à l’échelle planétaire.

1.000 milliards de dollars d’économies de coûts

Les points communs à ces trois entreprises ? Leur jeunesse, la croissance exponentielle de leurs utilisateurs comme de leur chiffre d’affaires, certes, mais aussi leur contribution directe à une forme d’économie alternative : celle de la collaboration ou du partage.

En d’autres termes, il s’agit d’un modèle économi­que destiné à créer de la valeur en s’appuyant sur une mutua­lisation des biens, des services, des espaces ou encore des outils pour favoriser leur usage plutôt que leur possession. Bien aidés par l’essor des nouvelles technologies (big data, Internet des objets, smartphones, etc.), les agents économiques s’organisent en réseaux ou en communautés, via des plateformes dédiées, afin de partager leurs ressources.

La perspective de réaliser de substantielles économies

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jyth01 le vendredi 6 nov 2015 à 09:01

    Oui, mais logique, ce sera l'IA et les robots qui produiront, les survivants de l'espèce humaine gèreront l'héritage en le partageant, et achèteront des biens avec l'argent gagné grace à leur contribution imaginative à l'amélioration des conditions de vie de ces survivants

  • fquiroga le vendredi 6 nov 2015 à 07:56

    Encore une économie basée sur le "rien produire"......