IPO-Elis veut lever E700 mlns pour réduire sa dette

le
0

* Elis veut ramener sa dette à moins de trois fois l'Ebitda * L'IPO est prévue pour l'automne * Eurazeo restera un actionnaire de référence-CFO d'Elior par Matthieu Protard PARIS, 9 septembre (Reuters) - Elis, le spécialiste français de la blanchisserie industrielle, veut lever 700 millions d'euros via une augmentation de capital à l'occasion de son introduction en Bourse à Paris afin de réduire son endettement. Avec sa cotation sur Euronext Paris, prévue dans le courant de l'automne, le groupe détenu directement et indirectement à 99% par la société d'investissement Eurazeo EURA.PA entend ramener sa dette à moins de trois fois son Ebitda (résultat avant intérêts, impôts, amortissements et provisions), contre cinq fois actuellement. A fin 2013, l'endettement net ajusté d'Elis s'élevait à 1,99 milliard d'euros pour un Ebitda de 400,7 millions d'euros, selon le document de base déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers. "Quand on rentre dans le détail de la restructuration du bilan, on utilise les 700 millions pour rembourser des dettes existantes, notamment des dettes un peu chères", a déclaré mardi Louis Guyot, le directeur financier d'Elis, lors d'une conférence de presse. "L'IPO nous permettra de nous désendetter pour ramener la dette en dessous de trois fois l'Ebitda." Le dirigeant a aussi indiqué qu'Eurazeo resterait au capital de l'entreprise après l'introduction en Bourse. "Eurazeo vendra assez peu d'actions dans l'opération et restera un actionnaire de référence", a-t-il dit. "ÉTALON MINIMUM" Elis, dont les activités vont de l'habillement professionnel aux services de dératisation et de désinsectisation en passant par l'hygiène des sanitaires, n'a en revanche pas précisé à ce stade quelle part de son capital serait mise sur le marché, pas plus qu'elle n'a voulu dire le niveau de valorisation qu'elle espérait. "C'est un peu difficile et surtout trop tôt pour répondre à cette question (de la valorisation). Mais nous avons des comparables cotés à Londres qui donnent un étalon minimum", a souligné Xavier Martiré, le président du directoire d'Elis. A titre de comparaison, son concurrent britannique Rentokil Initial RTO.L est valorisé à sept fois son Ebitda, selon les données Thomson Reuters. Appliqué à l'Ebitda 2013, ce multiple de valorisation valoriserait Elis à environ 2,8 milliards d'euros en valeur d'entreprise. Sur la période allant de 2015 à 2017, le groupe de blanchisserie industrielle compte poursuivre sa croissance externe et prévoit de réaliser des petites et moyennes acquisitions pour un montant global de quelque 100 millions d'euros. Xavier Martiré a rappelé que l'entreprise avait réalisé 43 acquisitions depuis 2008. Elis veut aussi poursuivre son expansion à l'international, surtout au Brésil, devenu son second marché après la France. "On a devant nous une autoroute de croissance", a déclaré le président du directoire d'Elis à propos du Brésil, où l'entreprise a racheté en début d'année la société Atmosfera. "A terme, le Brésil pourra devenir pour Elis une plate-forme de développement pour l'ensemble de l'Amérique du Sud comme aujourd'hui la France est une plate-forme de développement pour l'Europe continentale", a ajouté Xavier Martiré. BNP Paribas, Deutsche Bank et Goldman Sachs sont coordinateurs globaux et teneurs de livres pour l'introduction en Bourse d'Elis. * Le document de base : http://bit.ly/WK6yoT (Edité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant