Innovation : "Nous entrons dans l'ère du m-commerce"

le
5
En 2013 en France, le e-commerce a rapporté 50 milliards d'euros et créé 25 000 emplois nets, plaçant le pays en troisième position sur le marché derrière l'Angleterre et l'Allemagne.
En 2013 en France, le e-commerce a rapporté 50 milliards d'euros et créé 25 000 emplois nets, plaçant le pays en troisième position sur le marché derrière l'Angleterre et l'Allemagne.

Le jeudi 26 juin dernier, la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) organisait la troisième édition des "Enjeux du e-commerce 2014", destinée à cerner les contours du secteur d'activité le plus viable du Web. En 2013 en France, le e-commerce a rapporté 50 milliards d'euros et créé 25 000 emplois, plaçant le pays en troisième position sur le marché derrière l'Angleterre et l'Allemagne. Mais après avoir bouleversé le commerce traditionnel, le e-commerce doit à son tour anticiper les évolutions du marché pour répondre aux besoins de ses consommateurs connectés. Le Français Benjamin Teszner, P-DG de Prestashop, éditeur du logiciel de e-commerce le plus utilisé dans le monde (185 000 utilisateurs et 40 % de parts de marché), en évalue les perspectives. Interview. Le Point.fr : Qui sont les acteurs du e-commerce en France ? Benjamin Teszner : Le e-commerce en France est un secteur très vivace et très diversifié, aussi bien en période de crise - les chômeurs y voient la possibilité d'un revenu complémentaire - que lorsque tout va bien - puisqu'il est florissant. Notre pays compte 144 000 e-commerçants, parmi lesquels une petite dizaine réalisent un chiffre d'affaires au-dessus de 1 milliard d'euros. On trouve ensuite quelques entreprises telles que showroomprivé (350 millions d'euros de chiffres d'affaires), ou rueducommerce (430 millions d'euros), mais globalement, les e-commerçants sont des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.ray1 le mardi 8 juil 2014 à 16:11

    Manque à gagner énorme pour les salaires des hommes politiques, fonctionnaires et autres employé à rien faire

  • pier6641 le mardi 8 juil 2014 à 15:58

    dans l'interview le "M" n'est pas explicite.Nous pouvons donc admettre qu'il s'agit bien de merdique.

  • stricot le mardi 8 juil 2014 à 15:18

    La dématérialisation des biens donnant la possibilité de les distribuer sans trace de passage des frontières est encore un manque à gagner gigantesque déjà discuté par les Etats Européens (Google-Amazon-Facebook-EBay-iTunes..)- enfin, le prêt d'argent de p-à-p est une bonne idée d'IT techie, mais qui révélera dans la douleur pourquoi les banques sont importantes... et très régulées (cf. bitcoin côté devises)

  • stricot le mardi 8 juil 2014 à 15:16

    Les ingénieurs IT ne réalisent pas à quel point l'économie actuelle (pas simplement passée) repose sur des échanges commerciaux régulés, à savoir 1. encarés par un contrat, et 2. soumis à TVA. L'économie collaborative et "l'échange" de services rémunérés sans contrat de travail et cotisations, sont ni plus ni moins que du marché noir, avec un manque à gagner énormissime pour les états.

  • 66michel le mardi 8 juil 2014 à 14:29

    m...comme merdique