Huit questions sur le prélèvement à la source

le , mis à jour le
1
Si les déclarations de revenus ne devraient pas disparaître, elles pourraient être moins fastidieuses à partir de 2018.
Si les déclarations de revenus ne devraient pas disparaître, elles pourraient être moins fastidieuses à partir de 2018.

Voilà donc le chantier de la retenue à la source de l?impôt lancé par François Hollande en guise de réforme fiscale. Le nouveau système de prélèvement devrait être opérationnel d?ici à 2018. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a pourtant longtemps freiné des quatre fers. Et pour cause : de nombreux obstacles rendent sa mise en oeuvre délicate. Le Point.fr répond aux questions que les contribuables ne manqueront pas de se poser.

Lire aussi Prélèvement à la source : l'État gagnant mais le citoyen perdant

Un prélèvement à la source pour quoi faire ?

À première vue, le prélèvement à la source de l?impôt sur le revenu n?a que des avantages. Les sommes dues à l?administration fiscale sont prélevées en amont du versement du salaire, comme c?est le cas actuellement pour les cotisations sociales, sans que les Français aient à s?en préoccuper.

Ce système, utilisé dans la quasi-totalité des pays de l?OCDE, permet donc théoriquement de se passer de la fastidieuse déclaration de ses revenus au fisc. Le contribuable est imposé chaque mois sur les revenus de l?année en cours et non plus sur les revenus de l?année précédente. L'administration fiscale, elle, devrait économiser des frais d?envoi de papiers et du temps de traitement. Voilà pour la version idyllique. La réalité est un tout petit peu plus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 19 juin 2015 à 08:11

    Une simple lubie pour détourner l'attention de vrais problèmes comme la dette, le chômage.....de l'enfumage socialo habituel. Autant c'est facile de calculer un impôt sur du réel, autant c'est complexe d'utiliser un système d'acompte qu'il faudra régulariser en fin de période, aucun gain pour personne.