Huée à Heidenau, Angela Merkel s'en prend à la xénophobie

le
0

(Actualisé avec citations, précisions) HEIDENAU, Allemagne, 26 août (Reuters) - Une cinquantaine de protestataires ont hué la chancelière allemande mercredi lors de sa visite à Heidenau, localité de l'est de l'Allemagne où, le week-end dernier, ont eu lieu de violentes manifestations contre les réfugiés. Alors qu'Angela Merkel rencontrait dans cette petite ville du Land de Saxe des demandeurs d'asile, des policiers et des hommes politiques, les manifestants l'ont sifflée et ont brandi des pancartes sur laquelle elle était traitée de "Traîtresse", slogan adopté par le mouvement anti-islam PEGIDA cette année. "Nous sommes la foule!", ont hurlé les manifestants, allusion à une déclaration du vice-chancelier Sigmar Gabriel qui, lors d'une visite à Heidenau lundi, a déclaré que les responsables des violences du week-end étaient une "foule" qui n'était pas représentative de l'Allemagne. Mardi, le SPD, que dirige Sigmar Gabriel, a été contraint d'évacuer son siège après une alerte à la bombe et dit avoir été inondé de courriels et d'appels téléphoniques à caractère raciste. Les sociaux-démocrates, partenaires des conservateurs au sein de la grande coalition d'Angela Merkel, ont estimé que l'alerte à la bombe avait partie liée avec la visite de Sigmar Gabriel à Heidenau. Lors de sa propre visite, mercredi, la chancelière a affirmé que l'Allemagne ne tolérerait pas la xénophobie et elle a redit que les échauffourées du week-end, lors desquelles 31 policiers ont été blessés, étaient "répugnantes, une honte". "Il n'y a pas de tolérance à avoir pour les personnes qui nient la dignité des autres, il n'y a pas de tolérance pour ceux qui ne veulent pas apporter leur aide, là où une contribution est nécessaire", a estimé la chancelière. "Plus nous serons nombreux à affirmer cela, plus nous serons forts", a-t-elle ajouté. (Hans-Edzard Busemann; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant