Grèce-Rééchelonnement possible mais compétitivité indispensable-Noyer

le
1

PARIS, 17 février (Reuters) - Un accord sur la dette grecque pourrait passer par un nouveau report des échéances du pays ou des taux d'intérêt plus bas mais Athènes ne doit dans le même temps rien faire qui freine le redressement de la compétitivité de son économie, a déclaré mardi le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer. "Je crois que la solution sera probablement, mais on a du temps, de jouer, ce qui a déjà été fait une fois, sur l'étalement (de la dette) jusqu'aux années 2030, mais on peut renvoyer loin et on peut jouer sur le taux d'intérêt", a-t-il dit devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale. "On peut imaginer de faire indirectement de la réduction de valeur de dette à travers ces paramètres", a-t-il ajouté. Christian Noyer, qui est également membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, a reconnu que le programme d'assistance international à la Grèce n'avait "peut-être pas été dessiné idéalement" et que certaines des propositions avancées par le nouveau gouvernement grec "peuvent être entendues." Pour autant, il a estimé "absolument indispensable" de rendre l'économie compétitive. "Ce qui inquiète le plus les économistes, c'est l'idée affichée de revenir sur des réformes du marché du travail qui aident à convaincre les entreprises de recréer et développer de l'activité", a-t-il dit. "Ce sont des hausses brutales de salaire minimum, qui certes a été baissé mais parce qu'il fallait redevenir compétitif. Ces ajustements ont parfaitement fonctionnés au Portugal, en Estonie en Lettonie par exemple, et en Irlande.". "Il est difficile pour la Grèce de dire 'mes électeurs ont souhaité cela', ce sont aux contribuables des autres pays de l'Union européenne, de la zone euro, de payer la facture de mes promesses électorales", a-t-il conclu. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vdufour3 le mardi 17 fév 2015 à 20:15

    Comment faire comprendre que la doctrine keynésienne est périmée ?