GRAPHES-Dollar, métaux et pétrole, une corrélation rompue momentanément?

le
0
    * Corrélation inverse rompue entre dollar et pétrole-métaux: 
http://bit.ly/2lV0Tcp 
    * Les positions longues sur le pétrole à des niveaux record: 
http://bit.ly/2lV24bS 
    * Les stocks de brut aux Etats-Unis demeurent élevés: http://bit.ly/2kB6GTB 
    * Positions longues sur le cuivre à des plus hauts: http://bit.ly/2kBapAk 
 
    16 février (Reuters) - La règle en vigueur depuis le début 
des années 2000 qui se traduisait par une baisse des cours du 
pétrole et des métaux industriels lorsque le dollar s'appréciait 
et inversement n'est plus en vigueur depuis cet automne, et la 
récente poussée haussière de la devise américaine n'a pas remis 
en cause ce retournement.   
    Graphiques :  
    http://bit.ly/2lV0Tcp 
     
    La reprise dans l'industrie et la construction en Chine et 
l'accélération de la croissance de l'économie américaine 
poussent les cours du pétrole et des métaux à la hausse. 
    Les anticipations d'un durcissement monétaire américain 
encore accentuées par les promesses de relance budgétaire 
massive de l'administration Trump et la réduction de la facture 
énergétique extérieure des Etats-Unis, grâce au développement du 
pétrole et du gaz de schiste, jouent en faveur du dollar. 
    Pour François Faure, économiste de BNP Paribas, ces facteurs 
sont solides s'agissant de la devise américaine.  
    En revanche, "le redressement des prix des matières 
premières reste fragile car l'offre peut s'ajuster rapidement à 
la demande, surtout pour le pétrole, et les risques baissiers 
sur la croissance chinoise demeurent élevés", prévient-il.  
    Koen Straetmans, stratégiste multi-actifs chez NNIP, 
souligne que la résistance des cours du pétrole, qui plafonnent 
depuis le début de l'année, est conditionnée au respect de 
l'accord passé en novembre entre pays de l'Opep et pays non-Opep 
sur la réduction de la production.  
    Grâce notamment aux efforts de l'Arabie saoudite, l'Opep a 
réalisé en janvier plus de 90% des baisses de production 
auxquelles elle s'est engagée, selon des chiffres publiés par le 
cartel en début de semaine. 
    Pour Koen Straetmans, le respect de l'accord est d'autant 
plus critique que les positions nettes à l'achat sur les marchés 
à terme et d'options sur le Brent comme sur le brut léger 
américain (WTI) sont à des niveaux record.  
    Graphique :  
    http://bit.ly/2lV24bS 
     
    Il pointe aussi le redémarrage de la production de pétrole 
de schiste aux Etats-Unis à un moment où les stocks de pétrole 
brut aux Etats-Unis demeurent élevés.  
    Graphiques :  
    http://bit.ly/2kB6GTB 
           
    Les positions spéculatives sur certains métaux industriels, 
comme le cuivre, sont aussi au plus haut, ce qui rend les cours 
particulièrement exposés à un éventuel débouclement de 
positions.  
    Graphique :  
    http://bit.ly/2kBapAk 
     
    Sources :  
    * Graphique de la semaine. Changement de corrélation. BNP 
Paribas. 15 février 2017  
    * Balancing behaviour. Houseview. NN Investment Partners. 10 
février 2017  
 
 (Marc Joanny, édité par Dominique Rodriguez) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant