Fusion et évolutions de la gestion pour trois fonds gérés par LBPAM

le
0

(NEWSManagers.com) - La Banque Postale Asset Management qui gère par délégation la sicav Libertés & Solidarité a prévenu ses porteurs que depuis vendredi dernier, la limite de l'exposition aux marchés actions est passé de 30 à 40%. De fait, l'objectif de gestion de la sicav profite d'une exposition aux marchés actions pouvant aller de 0 à 40% de l'actif net. En outre, l'indicateur composite de référence auquel la performance de la SICAV peut être comparée a posteriori est dorénavant 70% EuroMTS 3-5 ans + 30% MSCI World (il était précédemment composé pour 80% EuroMTS 3-5 ans et 20% MSCI World).

Par ailleurs, la description de la sélection des titres de créance et instrument du marché monétaire a été revue, " en adéquation avec les dispositions du Règlement UE n° 462/2013 visant à limiter le recours exclusif aux notations des agences de notation dans l'analyse du profil rendement/ risque de crédit pour décider de

l'acquisition d'un titre, de sa conservation ou de sa cession. "

L'impact de l'ensemble de ces modifications sur le profil rendement risque de la sicav est inférieur ou égal à 20% de l'actif net, note La Banque Postale AM.

La société de gestion a également modifié les noms de LBPAM Voie Lactée 1 et LBPAM Voie Lactée 2 " dans le cadre de la rationalisation de la gamme prévoyant une fusion des deux OPCVM."

La limite maximale d'exposition aux marchés actions passe aussi de 30 à 40% permettant à la gestion de faire varier son exposition aux marchés actions entre 0 et 40% de l'actif net. L'indicateur de référence du fonds est également modifié. Sa composition passe à 75% EuroMTS 3-5 ans + 25% Euro Stoxx contre 82,5% EuroMTS 3-5 ans et 17,5% SBF 120 précédemment.

La sélection des titres de créance et instrument du marché monétaire a aussi été revue, en adéquation avec les dispositions du Règlement UE

n° 462/2013 visant à limiter le recours exclusif aux notations des agences dans l'analyse du profil rendement/risque de crédit pour décider de l'acquisition d'un

titre, de sa conservation ou de sa cession.

Enfin, le risque de change a été ajouté en risque accessoire au niveau du profil de risque. Le risque spécifique aux instruments de titrisation (ABS...) devient par ailleurs un risque accessoire, et non plus un risque principal, le recours à ces instruments étant limité.

L'impact de l'ensemble de ces modifications sur le profil rendement risque du FCP est inférieur à 20% de l'actif net.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant