Eurotunnel cherche un repreneur pour MyFerryLink

le
4
LA JUSTICE BRITANNIQUE CONFIRME L'INTERDICTION DE MYFERRYLINK
LA JUSTICE BRITANNIQUE CONFIRME L'INTERDICTION DE MYFERRYLINK

PARIS (Reuters) - Eurotunnel a annoncé vendredi qu'il allait chercher un repreneur pour sa filiale MyFerryLink après la confirmation par la justice britannique de l'interdiction faite à la compagnie maritime de relier Calais à Douvres.

Eurotunnel a annoncé qu'il prenait acte d'une décision "illogique" qui "réduit la concurrence sur le détroit et porte atteinte à la liberté d'entreprendre" et qu'il chercherait un repreneur pour la compagnie.

"MyFerryLink est une réussite industrielle et commerciale (...) Compte tenu de la position britannique, son avenir se jouera maintenant en dehors du groupe", déclare Jacques Gounon, PDG d'Eurotunnel, dans un communiqué.

La cour d'appel britannique chargée de la concurrence (competition appeal tribunal) a confirmé vendredi la position de l'autorité de la concurrence britannique jugeant excessif le niveau de concurrence dans le transport transmanche et a donné six mois à MyFerryLink pour cesser d'opérer.

L'opérateur du tunnel sous la Manche avait fait appel d'une décision jugée "aberrante" susceptible selon lui d'entraîner une hausse des prix et menaçant 600 emplois.

MyFerryLink avait été lancée en 2012 avec les navires rachetés par Eurotunnel à SeaFrance dans le cadre de sa liquidation financière.

En concurrence avec le train pour le fret et le trafic de passagers, MyFerryLink a pour rivaux directs l'opérateur danois DFDS et le britannique P&O Ferries.

Déficitaire, l'entreprise pourrait atteindre l'équilibre en 2015 si elle poursuit son activité, avait expliqué en mars le PDG d'Eurotunnel.

Le danois DFDS est lui aussi déficitaire.

Le titre Eurotunnel est quasi inchangé (+0,09% à 11,01 euros) à 12h35, alors que l'indice SBF120 cède 0,5% au même moment.

(Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • domin288 le vendredi 9 jan 2015 à 15:01

    Les anglais refusent la concurrence étrangère, il n'accepte l'émulation qu'au sein de leur nation, (entre anglais si possible) que si elle est bénéfique pour eux. Si Eurotunnel et Myferrylink était 100% anglais, il n'y aurait aucun problème, le soucis c'est que des français osent les concurrencer.

  • lorant21 le vendredi 9 jan 2015 à 13:59

    On n'y comprend plus rien. On ne comprend pas pourquoi Eurotunnel a des bateaux. On ne comprend pas pourquoi les anglais refusent cette compagnie.

  • tomclair le vendredi 9 jan 2015 à 13:26

    Tu préfères le monopole Anglais ou Danois sur cette ligne???? Elle est belle la Française. Les Anglais eux, défendent leurs intérêts. Nous, nous sommes enfermés dans notre dogmatisme. Bien sûr, tu seras le premier à pleurer quand 600 gars auront perdu leur boulot.

  • fquiroga le vendredi 9 jan 2015 à 12:14

    Eurotunnel doit rester dans son tunnel. Marre des monopoles.