Et si la croissance était derrière nous ?

le
18
François Hollande a jusqu'à présent misé sur le retour de la croissance, à tort.
François Hollande a jusqu'à présent misé sur le retour de la croissance, à tort.

Le film se répète d'année en année. Au moment d'établir son budget, le gouvernement table sur la croissance pour boucler les comptes. 0,8 % du PIB en 2013, 1 % en 2014, 1,7 % en 2015. Puis l'indécrottable optimisme de François Hollande est démenti par les faits. En 2013, la croissance a finalement plafonné à 0,3 %. Cette année, elle ne devrait pas dépasser 0,4 %. Et, pour l'année prochaine, Bercy ne se fait plus d'illusions : le PIB ne devrait pas augmenter de plus de 1 %.

Et si la véritable croissance était derrière nous ? La question agite la communauté des économistes. François Hollande et les experts de Bercy semblent eux-mêmes se la poser. Selon Les Échos de vendredi, le retour promis à 3 % de déficit en 2017 repose sur des hypothèses un peu plus raisonnables que celles de la trajectoire budgétaire transmise à Bruxelles en avril. Au lieu de 2,25 % par an, Bercy aurait retenu 1,6 % en 2016 et 1,9 % en 2017. Mais il se pourrait que ces estimations soient encore beaucoup trop optimistes.

L'alarme des Américains

La croissance pourrait, en effet, être durablement faible et ne jamais revenir à ses niveaux d'avant-crise. L'hypothèse ne concerne pas seulement la France, mais l'ensemble des pays développés. Pour preuve, ce sont surtout des économistes américains qui ont sonné l'alarme, à commencer par Larry Summers, célèbre secrétaire au Trésor du président américain Bill Clinton et candidat malheureux à la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kejocol le lundi 15 sept 2014 à 16:26

    Qu'attend il pour tailler dans les depenses publiques? reduire le nombre de deputes, de fonctionnaires, de conseillers et de supprimer les senateurs. il faut aussi tailler dans les administrations, Pole emploi, SNCF, EDF, AIR FRance et toutes les agences d'etat et commissions pour ci, pour ca et qui servent a rien. la France n'a plus le choix, elle n'a plus les moyens de subventionner tous les assistes qui profitent du systeme.

  • M8252219 le lundi 15 sept 2014 à 15:37

    le système social français est mort d'avoir déresponsabilisé une partie importante des français

  • M8252219 le lundi 15 sept 2014 à 15:34

    le jour ou les chômeurs et tous les bénéficiaires des diverses allocations sociales et de la sécurité sociale seront aussi bien contrôlés que les entreprises: la France n'aura plus de déficit

  • Raf07Ard le lundi 15 sept 2014 à 14:33

    Une chose est assez vraie dans ce bilan de mon point de vue, c'est l'absence de réelle innovation susceptible de relancer la consommation des ménages. Depuis l'internet et le téléphone portable, les dites inventions que l'on nous présente sont purement cosmétiques et on téléphone aussi bien avec un portable d'il y a cinq ou six ans qu'avec le dernier cri qui vient de sortir. Dans ce contexte la compétitivité risque de se faire de plus en plus sur les coûts ce qui mène à la dépression.

  • cmaignan le lundi 15 sept 2014 à 14:22

    Supprimer les jours fériés, supprimer les tickets restaurants, supprimer les mutuelles, baisser les salaires, rendre plus flexibles les contrats de travail. Aligner les salaires sur les chinois et peut être mais je dis bien peut être que nous arriverons à retrouver un semblant de compétitivité. Aprés , il faut s'attendre à une détérioration des comptes sociaux, donc il faudra aussi faire le ménage

  • cmaignan le lundi 15 sept 2014 à 14:10

    En plus, avec les sanctions contre la russie, c'est incontestable on va droit vers le plein emploi

  • cmaignan le lundi 15 sept 2014 à 14:08

    Une seule solution pour créer du pib à vitesse grand v, il faut faire travailler les enfants . on crée ainsi les conditions necessaires pour une augmentation du pib et une hausse des revenus pour les familles. Ce qui ameliore d'autant les comptes de la securite sociale et des retraites.

  • fquiroga le lundi 15 sept 2014 à 13:58

    Il faut donc se retourner.....et réssuciter De Gaulle......

  • M5441845 le lundi 15 sept 2014 à 13:46

    Il va falloir accepter de travailler un peu plus, plus longtemps, d'avoir un peu moins d'allocation de retraite. Il va falloir que l'état gaspille moins. Tout ce que disait Raymond Barre, Edouard Balladur, Michel Rocard. La fête ne pourrait pas durer éternellement, on ne pouvait pas accueillir toute la misère du monde et dépenser plus que l'on ne gagne, l'endettement a des limites. Prochaine alerte la dégradation d'une agence, c'est pour bientôt.

  • mucius le lundi 15 sept 2014 à 13:40

    La croissance sera derrière nous tant que l'Etat bureaucratique l'étouffera. Comme nos hommes politiques n'ont aucun courage, ça peut durer longtemps. Un conseil aux jeunes : fuir ce pays!