Espagne : le péril Podemos inquiète les marchés

le
5
Pablo Iglesias, le chef de Podemos. (© P. Barrena /AFP)
Pablo Iglesias, le chef de Podemos. (© P. Barrena /AFP)

Depuis décembre dernier, l’Espagne est dans l’impasse politique : faute de majorité parlementaire, le gouvernement reste cantonné aux affaires courantes. Le… juin prochain, de nouvelles élections législatives se tiendront, d’où une coalition gouvernementale devra émerger.  

Les sondages prédisent une poussée de Podemos, crédité de plus de 25% des voix (contre 20,7% en décembre). Né en 2014, ce parti espère arracher le leadership de la gauche à l’historique Parti Socialiste Ouvrier Espagnol… crédité de seulement 21%. Renforcé ces derniers mois, en tissant des alliances avec de petits partis d’extrême-gauche, Podemos inquiète toujours les marchés financiers.

Une inquiétude ressentie dans le ralentissement brusque de l’investissement des entreprises au premier trimestre et la dégradation de la dynamique du crédit, en avril. Les économistes de Deutsche Bank évoquent un programme économique «irréaliste et susceptible de remettre en cause la reprise économique du pays».

Un redressement économique spectaculaire en 2014-2015

Il y a certes beaucoup à perdre car, après une dure récession entre 2009 et 2013, l’Espagne a depuis redressé la barre. La déflation, provoquée par l’envolée du chômage (donc la modération salariale), la crise immobilière et la hausse des impôts, a permis un redressement douloureux mais mécanique de la compétitivité des entreprises,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • domingu9 il y a 5 mois

    Messieurs les supporters de Podemos, allez au Venezuela pour constater les effets de la politique souhaitée par Pablo Iglesias, le pays est au bord de la faillite....L'Europe de l' Est n'a plus jamais voulu à ces politiques gauch_delira_tes...après tous n'ont pas une culture économique et surtout entreprenariale pour comprendre ...

  • roger.he il y a 6 mois

    la banksterisation du pouvoir cherche à TUER toute alternative en la taxant d irréalisme. c est bien connu il n y a QUE les pros de la politique qui SAVENT gérer un pays!

  • Garasixt il y a 6 mois

    Redressement économique spectaculaire? Le journaliste devrait aller en Espagne plutôt que d'écouter Rajoy ou les économistes complices des banques. Il verrait qu'il n'en est rien, le peuple est à bout avec ses 20% de chômage, ses indemnités et retraites limitées, rien a voir avec la France.

  • M348281 il y a 6 mois

    Chaque nation est libre de se doter du système politique qu'elle souhaite. Au lieu d'agiter des chiffons rouges, exposez vos idées pour un programme et TENEZ le !

  • DanVhv il y a 6 mois

    "Le péril Podemos..."... vous avez de ces mots, dès qu'on n'est plus dans la lignée ultra-libérale...! A voir les crises dans lesquelles ont essaie de se dépatouiller, le péril c'est le système actuel, et n'en pas vouloir changer les règles en continuant à voter pour les mm!!