En début d'année, « les marchés ont ignoré certains risques » (Cholet Dupont)

le
4

Apr�s la hausse de début d'année, la société de gestion Cholet Dupont fait le point sur l'évolution des marchés.
Apr�s la hausse de début d'année, la société de gestion Cholet Dupont fait le point sur l'évolution des marchés.

La société de gestion Cholet Dupont revient dans sa lettre « stratégie d'investissement » de mars sur la hausse des marchés en début d'année et sur les perspectives des mois à venir. La société de gestion reste optimiste tout en prévoyant d'éventuelles prises de bénéfices à court terme.

« Honnêtement, nous ne nous attendions pas à ce que les marchés actions montent autant et renouvellent leur hausse de janvier », reconnaît Vincent Guenzi, directeur de la stratégie d'investissement chez Cholet Dupont, au sujet de la progression boursière du mois de février.

Actualité économique : des risques parfois ignorés

Evoquant l'actualité économique du mois de février, Cholet Dupont rappelle que cette hausse est principalement due au compromis trouvé sur le dossier grec. Un compromis sur lequel le gouvernement grec n'aurait eu que peu de marge de man½uvre « alors que ses réserves fondaient et que ses banques enregistraient des retraits massifs des déposants », estime Vincent Guenzi. « Mais le compromis négocié avec Bruxelles risque d'agiter la rue », ajoute-t-il avec prudence.

Tout n'est pourtant pas résolu sur le front économique : « Après la signature des accords de Minsk, l'arrêt des hostilités en Ukraine serait une bonne nouvelle mais la suspension des sanctions économiques infligées à la Russie est loin d'être acquise. Aussi le risque géopolitique ne nous semble pas avoir totalement disparu dans la région ». « Grèce, France [évoquée pour son déficit, ndlr], Ukraine : trois risques que les marchés ont superbement ignoré grâce à l'amélioration des perspectives en Europe, au discours une fois de plus apaisant de la Présidente de la Banque Centrale américaine et à la mise en place prochaine des achats d'obligations souveraines par la BCE ».

La société de gestion décrit par ailleurs les tendances qui se sont dessinées sur les marchés ces deux derniers mois : « La hausse s'est accompagnée d'une rotation sectorielle frénétique. Les grandes valeurs à bonne visibilité sont pour l'instant délaissées au profit de titres plus cycliques ou en retard comme les financières ».

Optimisme toujours de mise mais attention aux prises de bénéfices à court terme

Le directeur de la stratégie d'investissement de Cholet Dupont poursuit : « certes, la hausse a été très rapide et justifierait pleinement une période  de digestion ou une brève correction. Mais le potentiel de hausse à moyen terme est également renforcé par de meilleures perspectives économiques en Europe et les injections de liquidités des banques centrales. Par ailleurs, en 2015, la croissance des résultats des sociétés européennes devrait dépasser celle des entreprises américaines dont les profits sont déjà au plus haut niveau historique. Enfin, aux Etats-Unis comme en Europe, les niveaux de valorisations ne nous semblent pas encore excessifs et le relèvement des taux de la FED n'est pas pour tout de suite ».

Cholet Dupont évoque par ailleurs leurs choix stratégiques : « En Europe, l'environnement macro-économique et financier nous semble devoir favoriser les actions allemandes, françaises et italiennes plutôt que les actions anglaises ou espagnoles. En effet, des élections doivent encore intervenir dans ces deux pays ». « Sur le marché des devises, le dollar s'est bien tenu. Le potentiel de hausse  à court terme est faible. Mais la baisse de l'euro à moyen terme n'est sans doute pas terminée et des positions en dollar constituent un rempart contre un retour des inquiétudes en Europe », estime la société de gestion.

Vers un CAC40 à 5100 points en fin d'année ?

Suite à la hausse du début d'année, Cholet Dupont a revu ses objectifs sur les principaux indices boursiers, visant notamment un CAC40 à 5100 points pour la fin de l'année. « Nous avons relevé sensiblement nos objectifs de fin d'année pour les indices européens et nous gardons  une position "Surpondérer" à moyen terme sur les actions européennes, asiatiques et américaines. Mais la hausse permanente des cours réduit le potentiel à court terme et nous serions plutôt acheteurs sur les replis, sans doute rapides et modérés, qui pourraient intervenir ».

X. Bargue

« Les avis et opinions que CHOLET-DUPONT est susceptible d'émettre, dans cette étude, sur les marchés financiers et/ou les instruments financiers, ne peuvent engager sa responsabilité et peuvent changer à tout moment. Cette communication est faite uniquement à titre d'information de son destinataire. Elle s'appuie sur des données publiques et des études de place considérées comme fiables à la date de la diffusion de la présente étude, néanmoins CHOLET-DUPONT ne garantit pas ces éléments. Par ailleurs CHOLET-DUPONT attire l'attention de l'investisseur sur le fait que les performances passées ne préjugent pas des performances futures et que la valeur des investissements peut varier à la hausse et à la baisse ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 13 mar 2015 à 09:57

    Voilà ce que osent dire des pseudos pros, oui ils ont raison c'est irrationnel, mais si un pro ne sait pas profiter de l'irrationalité des marchés, alors il change de boulot.

  • pierry5 le mardi 10 mar 2015 à 14:34

    Ils ne s'attendaient pas à ce que les marchés montent autant, ils auraient intérêt à lire le forum de Boursorama car certains l'avaient prévu. C'est normal, Les marchés américains cré-vent les plafonds, Les bourses européennes jusqu'à maintenant assez peu surévaluées suivent le même chemin, ces jours-ci la spéculation se porte sur les devises $, £ quelle sera la prochaine étape, les émergents, les matières premières ????

  • speedy36 le mardi 10 mar 2015 à 14:19

    Ukraine, croissance américaine, croissance asiatique, niveau du dollar, risques plus important que hollande

  • lorant21 le mardi 10 mar 2015 à 14:07

    Les risques? Tsipras, Poutine, Hollande...