En 2016, tout ira bien à Wall Street... ou pas

le
0
LA TENUE DES RÉSULTATS DE SOCIÉTÉS, PRINCIPALE INQUIÉTUDE À WALL STREET POUR 2016
LA TENUE DES RÉSULTATS DE SOCIÉTÉS, PRINCIPALE INQUIÉTUDE À WALL STREET POUR 2016

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Si la plupart des experts pensent que 2016 verra Wall Street repartir de l'avant, ils n'en dressent pas moins une longue liste de calamités qui pourraient attendre la Bourse au tournant.

Après six années de hausse, l'indice Standard & Poor's 500 est pour l'instant pratiquement à l'équilibre sur 2015, affichant un recul de 0,1% depuis le début de l'année avec sa clôture à 2.056,50 points lundi soir.

Les 30 stratèges interrogés ce mois-ci par Reuters l'attendent en moyenne à 2.207 points à la fin 2016, ce qui représenterait une hausse de 8% environ par rapport à son niveau actuel.

La tenue des résultats de sociétés est le principal souci de la majorité d'entre eux. Leur croissance est attendue à zéro en 2015 et les actions s'en trouvent d'autant plus chères, avec un ratio cours/bénéfice de l'ordre de 19,3, bien supérieur à la moyenne historique de 15. Si les résultats baissent, les valorisations seront encore plus élevées.

Les analystes de Thomson Reuters prévoient une croissance des chiffres d'affaires de 3,9% en 2016, ce qui veut dire que toute hausse des charges d'exploitation risque de se traduire par une stagnation des résultats pour la deuxième année d'affilée.

"Si le coût du travail et la charge des intérêts commencent à augmenter (...) on aura du mal à tenir les marges", constate Bob Doll, stratège de Nuveen Asset Management.

Et si le dollar, en hausse de 8,4% face à un panier de devises cette année, continue de monter l'an prochain, en raison du différentiel de taux entre les Etats-Unis et l'Europe, "cela coûtera aux entreprises américaines 28 milliards de dollars", affirme Wolfgang Koester, responsable du risque de change du consultant FireApps.

Selon lui, le dollar retranchera 3 à 4 cents au bénéfice par action des entreprises américaines exportatrices au premier trimestre.

2016 sera l'année de la présidentielle aux Etats-Unis, ce qui est habituellement un présage favorable pour Wall Street. Sur 16 élections présidentielles depuis 1950, 13 ont stimulé l'indice S&P, quel qu'ait été le vainqueur, selon Stock Trader's Almanac.

Les stratèges se demandent si 2016 ne sera pas l'une des exceptions à la règle, avec des têtes d'affiche telles que Donald Trump et Bernie Sanders.

"Plus le candidat fait figure d'extrémiste, moins la Bourse l'apprécie", dit Kristina Hooper, stratège d'Allianz Global Investors, ajoutant que la campagne électorale contribuera à la volatilité du marché tout au long de l'année.

Le risque taux reste également présent. Wall Street avait monté le 16 décembre, lorsque la Réserve fédérale a lancé son cycle de remontée des taux d'intérêt tout en laissant entendre qu'elle l'entretiendrait sans hâte.

Toutefois, si elle poursuit le mouvement sans que l'inflation ou les résultats d'entreprise se redressent, les boursiers risquent fort de faire la tête.

Car, entre autres choses, une telle remontée des taux pourrait rendre les actions moins intéressantes, comparées à d'autres actifs comme les obligations.

"BYE BYE, FORCE VITALE!"

La chute des cours du brut a été un autre fait caractéristique de 2015 et certains investisseurs craignent pour l'an prochain une véritable débandade, pense John Manley, stratège de Wells Fargo Funds Management.

Le baril de brut américain évolue autour de 36-37 dollars, en baisse de plus de 65% depuis juin 2014. Si l'or noir et d'autres matières premières continuent de s'affaisser ainsi, le risque est celui d'une déflation qui contamine le secteur financier, créancier des entreprises énergétiques, ajoute John Manley.

Cette déflation des prix à la pompe n'a pas incité le consommateur à dépenser à tout-va et si les taux d'intérêt remontent, il risque d'être encore plus tenté d'épargner.

Et que dire de l'inconnue chinoise? Les Bourses chinoises ont éternué en août et Wall Street s'est enrhumée. Dans la mesure où les perspectives économiques de la Chine ne sont pas bien fameuses, les investisseurs en redoutent les répercussions notamment sur les matières premières et sur la situation des changes, ainsi que, globalement, sur les marchés émergents et les Etats-Unis.

Il reste enfin le risque d'une catastrophe non financière, inquiétude majeure de stratèges qui citent le terrorisme ou l'instabilité du Moyen-Orient.

"Le risque évident est celui d'un événement en quelque sorte géopolitique qui paralyse la circulation et le commerce; ça peut se produire", explique Steve Auth, responsable des placements actions de Federated Investors. Il se pourrait aussi que le consommateur se terre chez lui en réaction à tout événement public perçu comme étant de nature terroriste.

Si la chute libre des cours pétroliers s'est révélée néfaste pour la Bourse, l'inverse ne serait pas forcément une bonne affaire pour elle. Une crise systémique au Moyen-Orient pourrait facilement faire flamber l'or noir, ce qui serait handicapant à la fois pour les ménages et pour les entreprises.

Et si tout cela ne suffit pas à donner des idées noires, il y a encore "le risque que la force vitale ait déserté l'économie mondiale", observe John Manley, de Wells Fargo.

"Nous n'avons pas vraiment fait ce qu'il fallait il y a six ans de cela; on a juste retardé l'échéance, c'est cela qui me fait vraiment très peur. Au lieu de couler à pic à cause d'une brèche dans la coque, nous sombrons peu à peu parce que la coque fuit lentement mais sûrement. Je n'en suis pas à le penser mais cela me préoccupe".

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant