Emploi : les mesures du "plan Hollande"

le
2
François Hollande.
François Hollande.

« Il y a aussi un état d'urgence économique et sociale » et l'emploi est « la seule question qui vaille au-delà de la sécurité des Français », assure François Hollande. Ce dernier a notamment annoncé une prime d'embauche immédiate de 2 000 euros par an pour les PME de moins de 250 salariés jusqu'à 1,3 smic. Cette somme de 2 000 euros « représente le reliquat des cotisations patronales une fois pris en compte l'ensemble des allègements de charges », a précisé le président. Cette prime est effective dès aujourd'hui pour une durée de deux ans, « le temps du basculement du CICE en baisse définitive de charges ». Le CICE est en effet pérennisé dans ses formes actuelles. « La recherche publique sera dotée de nouveaux moyens pour garder nos talents et en attirer d'autres venant de l'extérieur. » Un mandat a été donné à la Caisse des dépôts.

500 000 formations et un milliard d'euros de dépenses

Comme évoqué lors de ses voeux du 31 décembre, François Hollande a annoncé 500 000 formations supplémentaires pour les chômeurs. « Le parcours professionnel sera dorénavant plus varié avec une alternance du temps de travail et du temps de formation. » Selon le président, tout doit être organisé pour une vie professionnelle sans « rupture », sans « période heurtée ». Coût de l'opération ? Un milliard d'euros. « L'État dégagera un milliard d'euros...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mary2776 le lundi 18 jan 2016 à 13:04

    Mais oui mr Martinez UNE GRANDE PARTIE des chomeurs sont des fainéants

  • M1876177 le lundi 18 jan 2016 à 13:03

    LA MISE A LA RETRAITE DE tous les enfants du baby boom (nés entre 46 et 60) devrait permettre en théorie une baisse du chômage puisque les classes qui les remplacent sur le marche de l emploi sont moins nombreuses.Hélas il est prévu depuis plusieurs années de remplacer une partie des retraités du baby boom par les travailleurs étrangers, mieux formés que nos chômeurs, ce qui est peu être très bien pour l 'entreprise, mais coûte très cher au pays puisque le chômeur nous reste sur les bras!