Emmanuel Faber, le grand patron qui prône la justice sociale

le
19
Le PDG de Danone Emmanuel Faber à Paris en février 2016.
Le PDG de Danone Emmanuel Faber à Paris en février 2016.

« L'enjeu de l'économie (?), c'est la justice sociale »... Ce message fort, c'est un grand patron du CAC 40 qui l'a affirmé à HEC début juin. Depuis, le PDG du leader mondial des produits laitiers Emmanuel Faber fait le buzz sur la Toile, ses conseils aux futurs diplômés se propageant de page Facebook en compte Twitter, après la publication sur YouTube de la vidéo de son discours.

La beauté de l'altérité

Ce jeune quinquagénaire isérois a pris les rênes de Danone fin 2014, succédant à Franck Riboud. Celui qui ne se cache pas d'être un chrétien pratiquant et a été formé sur les bancs de HEC a voulu transmettre son credo aux têtes bien pleines qui sortent de la prestigieuse école de commerce cette année. Après un préambule en français, le patron de Danone a poursuivi en anglais. Il a notamment parlé de sa famille et de son frère schizophrène, décédé il y a cinq ans, en assurant qu'il lui avait montré « la beauté de l'altérité (?), l'amitié des SDF » et prouvé « que l'on peut vivre avec très peu de choses et être heureux ». Il a aussi évoqué ses voyages dans les bidonvilles de « Delhi, Bombay, Nairobi, Jakarta » ou plus proches « Aubervilliers (?) et dans la jungle de Calais ». « Après toutes ces décennies de croissance, l'enjeu de l'économie, l'enjeu de la globalisation, c'est la justice sociale. Sans justice sociale, il n'y aura plus d'économie. Les riches, nous, les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • indyta il y a 5 mois

    ceci n est pas hors sujet.

  • indyta il y a 5 mois

    suite.."Ma religion était assez faite sur les attitudes politiques et financières, non seulement du Président, mais aussi de l'essentiel de son entourage proche", taclait-il dans un entretien publié par la Revue du droit public, dont les propos sont cités dans Libération, en 1998.

  • indyta il y a 5 mois

    prends sa place..

  • xk8r il y a 5 mois

    par contre son salaire il le garde pour lui !

  • indyta il y a 5 mois

    il est plus judicieux de s exciter sur l amalgame...qui lui ne signifie rien du tout...c est du nihilisme a ce niveau.

  • indyta il y a 5 mois

    son discours n est pas un oxymore..

  • indyta il y a 5 mois

    certains rigolent de ses propos,et alors il naurait pas le droit d etre philantropes?les valeurs humaines ne sont pas antagonistes avec le souci du travail bien fait.

  • indyta il y a 5 mois

    et ne riez pas , le complot etc etc..ce n est pas de cela, mais la main mise per 5 clampins sur la richesse mondiale,qui est bien reelle et qui ne fait pas toute seule..la Grece spoliéé a l heure de l europe, soit disant mere protectrice des misereux..sic..comme en 29 ,la meme esbrouffe...

  • indyta il y a 5 mois

    le politique est couché devant le vrai pouvoir..

  • b.renie il y a 5 mois

    Quant à la justice sociale, cela fait des décades qu'on la cherche sans la trouver au point qu'on peut se demander si ce n'est pas un concept inventé pour nous cacher notre misère.Les écrits de John RAWLS sur ce thème n'apportent aucune lumière pertinente. La première marche à gravir est d'accepter d'être responsable de soi. La deuxième est de respecter individuellement la loi du vivre ensemble qu'est la Loi constitutionnelle. La troisième marche est de rechercher l'équité et non l'égalité