Dette grecque : Mais où est passé l'argent ?

le
19
La dette grecque dépasse 315 milliards d'euros, mais les remboursements sont limités par les fiables taux d'intérêt consentis par les Européens et des périodes de grâce.
La dette grecque dépasse 315 milliards d'euros, mais les remboursements sont limités par les fiables taux d'intérêt consentis par les Européens et des périodes de grâce.

S?ils veulent vraiment garder la Grèce dans la zone euro, les autres Européens vont de nouveau devoir faire preuve de solidarité. Selon une analyse préliminaire de la soutenabilité de la dette grecque publiée jeudi soir par les spécialistes du Fonds monétaire international (FMI), ce fardeau de 175 % du PIB, soit plus de 315 milliards d'euros, fait peser un poids trop lourd sur l?économie du pays et ne sera jamais remboursé. De quoi conforter Alexis Tsipras, qui ne cesse de réclamer à ses partenaires une remise de dette.

Il y a encore quelques mois, Athènes avait encore une chance de revenir sur une trajectoire d?endettement soutenable, considèrent les économistes du FMI dans une analyse qui n'a pas encore été endossée par le conseil d'administration. Mais, depuis l?arrivée d?Alexis Tsipras au pouvoir et son bras de fer avec ses créanciers, la confiance s?est évanouie et la croissance s?est effondrée. Les réformes programmées, elles, ne sont plus menées. Le programme de privatisation, notamment, a pris du retard. Quant aux objectifs d?excédent budgétaire, ils ont été revus à la baisse pour alléger l?austérité qui frappe le pays (de 3 % à 1 % cette année). Si bien que, même si les Grecs votaient « oui » dimanche au référendum et appliquaient les dernières exigences des « institutions » (la Commission européenne, la BCE et le FMI), ils auraient tout de même besoin de plus de financement.

52...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xk8r le mardi 14 juil 2015 à 10:48

    c'est comme dans le falcon de valls

  • ppsoft le vendredi 10 juil 2015 à 09:28

    Il n'y a pas d'"argent", ça n'existe pas. Il n'y a que de la dette de banque, qui est monétisée et qu'on nous force à utiliser par le cour légal. En conséquence la réponse est évidente : où est passé l'"argent" ? Eh bien dans les banques qui se sont refait une santé, tout simplement. Le peuple et l'économie réelle, eux, n'en ont pas vu le moindre centime. Alors cessez de les blâmer ainsi.

  • mikkaela le mercredi 8 juil 2015 à 16:03

    pourtant je croyais avoir lu que leur dette n'est pas viable, cela a été reconnu. Alors pourquoi aller chercher midi à 14 heures. Il faut trouver un accord qui permettra aux grecs de repartir sur les rails et ne pas les étouffer, car actuellement avec les méthodes imposées ils vont droit dans le mur. Rome ne s'est pas faite en 1 jour, il faut leur laisser le temps de réformer, c'est pourtant simple ??

  • patjo47 le mercredi 8 juil 2015 à 11:59

    Il est tres clair que ce sont ces quantités invraisemblable de fonctionnaires hauts moyens et bas dans l ordre , Européens et nationaux qui coulent l Europe et ruinent le speuples avec leus salaires et avantages bananiers!

  • glaty le mardi 7 juil 2015 à 13:20

    Un oligarque est un membre d'une oligarchie, classe dominante liée au gouvernement d'un pays....C'est a eux que va nos Milliards ..ET TOUT LE MONDE DIT QUE C'EST FAUT...Cherchez l'erreur

  • M467862 le dimanche 5 juil 2015 à 11:55

    lire la suite sur le Point pour nous dire que l'article est payant, partout, il y a des abus.Et je ne souhaite pas m'endetter.

  • mark92 le samedi 4 juil 2015 à 21:13

    Ben on bouffe bien à Bruxelles. Avions, voitures avec chauffeurs, hotel 5*, bureaux avec secrétaires.. C'est cool l'europe. Qui va payer le référendum ?? Ben nouvelle subvention de l'Europe.

  • M7313387 le samedi 4 juil 2015 à 15:55

    Guerber3 +1!

  • M7313387 le samedi 4 juil 2015 à 15:54

    Dormez braves grecs, français, allemands... Madame Lagarde s'assure que vos économies vont dans la bonne case. Travaillez et créez encore plus de richesses... Mes amis et moi sorons quoi en faire, comme dit Bernard tapi dans l'ombre.

  • M7313387 le samedi 4 juil 2015 à 15:50

    Beh! Chez bouygues, siemens, Alsthom, Suez, BNP, goldman sachs, HSBC, geneves, Luxembourg. Tous ceux qui se sont gavé en prêtant de la main gauche ce qu'ils récupéraient de la droite. On appelle cela un transfert de richesses. Maintenant ce sont les peuples qui vont casquée. Quelque soit le vote