Dassault présente le Falcon 5X, son 2e nouveau jet en six mois

le
1
DASSAULT PRÉSENTE LE FALCON 5X, SON 2E NOUVEAU JET EN SIX MOIS
DASSAULT PRÉSENTE LE FALCON 5X, SON 2E NOUVEAU JET EN SIX MOIS

MERIGNAC, Gironde (Reuters) - Dassault Aviation a présenté mardi son deuxième nouvel avion d'affaires en six mois, le Falcon 5X, destiné à étoffer la gamme du constructeur français face à une concurrence exacerbée.

Le bimoteur, dévoilé aux clients existants et aux clients potentiels, devrait effectuer son premier vol cet été, avant une entrée en service prévue en 2017, en dépit d'un retard dans la certification du moteur révélée en mai.

Le moteur Silvercrest conçu par Snecma (groupe Safran) doit effectuer des tests pendant plusieurs mois supplémentaires en raison de difficultés techniques et réglementaires qui avaient été sous-estimées, reportant sa certification à la mi-2016 au plus tôt et non plus en 2015.

Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, a déclaré à la presse qu'il n'était pas très inquiet du retard de certification du moteur du 5X, sans dire si la certification de l'avion lui-même pourrait être affectée.

Dassault vise en particulier des clients en Asie et au Moyen-Orient avec le 5X et a déjà engrangé un nombre "conséquent" de commandes, a ajouté le PDG, présent à l'usine de Bordeaux-Mérignac où se déroulent l'assemblage final et les tests de l'avion.

Le 5X, dévoilé pour la première fois à l'automne 2013, est proposé à 45 millions de dollars (41 millions d'euros) et est doté de la plus grande cabine de la gamme de Dassault Aviation, haute de près de deux mètres.

Il peut transporter jusqu'à 16 passagers et, avec huit passagers, peut effectuer des vols de 9.600 km, reliant par exemple Paris à Pékin. Le Falcon 8X est prévu, lui, pour entrer en service en 2016 et est destiné à étoffer la gamme de jets de Dassault Aviation pouvant effectuer des vols très longs. Il a effectué son premier vol en février.

L'avionneur français, concurrent de l'américain Gulfstream (groupe General Dynamics) et du canadien Bombardier, espère ainsi se renforcer dans un segment prometteur à moyen terme mais soumis à la concurrence de ces constructeurs nord-américains.

Le prix de lancement du 8X sera supérieur de 10% à celui du 7X, le "best seller" actuel de Dassault Aviation qui se vend à un peu moins de 50 millions de dollars (plus de 45 millions d'euros).

Eric Trappier a confirmé en mai viser 65 livraisons de jets Falcon en 2015 contre 66 en 2014, avant un redémarrage porté notamment par l'économie américaine, les Etats-Unis étant le premier marché mondial des avions d'affaires.

(Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez et Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M476110 le mardi 2 juin 2015 à 14:00

    Ouais ! C'est ça que je veux à Noël