Croissance : le printemps italien

le
2
Les experts du FMI saluent les efforts entrepris par le gouvernement Renzi, notamment pour réformer le marché du travail.
Les experts du FMI saluent les efforts entrepris par le gouvernement Renzi, notamment pour réformer le marché du travail.

L'Italie va mieux. L'économie de la péninsule est en train de sortir progressivement d'une longue récession, constate le FMI. Mais, attention : la reprise qui s'amorce demeure « fragile », et particulièrement vulnérable à une détérioration de situation en Grèce.

Côté positif, l'Italie peut espérer une croissance de son PIB de 0,7 % en 2015 et de 1,2 % en 2016, après - 2,8 % en 2012, - 1,7 % en 2013 et - 0,4 % en 2014, estime le Fonds dans un rapport publié mardi, dit « Article IV », qui clôt la mission annuelle menée au printemps dans le pays. Cette reprise bénéficiera de la demande interne et des exportations, ainsi que d'une hausse de l'investissement. « L'économie est progressivement en train d'émerger d'une longue récession. La confiance des marchés financiers et les indices de confiance se sont nettement améliorés depuis fin 2014. Malgré les récents accès de volatilité, les rendements de la dette souveraine sont retombés aux niveaux d'avant la crise, dopés par l'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne », notent les experts dans le rapport.

Le FMI « félicite les autorités pour leurs actions courageuses, qui, combinées à celles prises au niveau européen, ont contribué au tournant pris par l'économie italienne et amélioré la confiance », poursuit le rapport. Il salue la récente réforme du marché du travail, le Jobs Act, estimant que « sa totale mise en oeuvre contribuera à réduire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4314275 le mardi 7 juil 2015 à 14:23

    Si la Grèce sort, le tour de l'Italie va vite arriver.

  • ppsoft le mardi 7 juil 2015 à 13:10

    Croissance... mouais... A combien se monte le déficit budgétaire ? A quel rythme augmente la dette ? Car si c'est faire de la croissance par la dette, c'est juste reculer pour mieux sauter.